Publicité

Remaniement : quelle est la différence entre un ministre, un ministre délégué et un secrétaire d’État ?

Remaniement ministériel rime avec valse des portefeuilles. À quoi correspondent les différentes catégories ? Yahoo Actu fait le point.

Emmanuel Macron, entouré de Gabriel Attal et de Gérald Darmanin, lors d'une visite au lycée Gambetta à Arras, dans le nord-est de la France, le 13 octobre 2023 (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)
Emmanuel Macron, entouré de Gabriel Attal et de Gérald Darmanin, lors d'une visite au lycée Gambetta à Arras, dans le nord-est de la France, le 13 octobre 2023 (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)

Secrétaire d’État, ministre d’État ou ministre délégué… Tous les membres du gouvernement n’ont pas le même statut. À quoi correspondent ces distinctions visant à mettre en place une certaine hiérarchie dans le gouvernement ? Réponses alors que le casting du gouvernement Attal est désormais complet, un mois après la nomination du Premier ministre. Au total, il compte 17 ministres de plein exercice, 13 ministres délégués et 5 secrétaires d’État.

L’article 21 de la Constitution dispose que le Premier ministre dirige l’action du gouvernement. C’est en théorie sur sa proposition que le président de la République nomme les autres membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions. Le site Vie Publique précise que "le Premier ministre n’est pas le supérieur hiérarchique de ses ministres, il n’a pas de moyens de les contraindre à prendre une mesure qu’ils se refusent à exécuter". Mais s’il n’est pas juridiquement leur supérieur, il dispose tout de même d’un rôle prédominant. La pratique de la Ve République a établi une hiérarchie protocolaire plus que symbolique.

Le ministre d’État

Ce titre a essentiellement une portée prestigieuse. Il est attribué à titre honorifique ou politique, pour distinguer les chefs des partis de la majorité par exemple. Leur seule prérogative supplémentaire par rapport aux autres ministres est d’organiser des réunions interministérielles, compétence normalement réservée aux Premiers ministres. Il n'y en a pas sous le gouvernement de Gabriel Attal.

Le ministre "de plein exercice"

Le ministre traditionnel, dit "de plein exercice", est à la tête d’un département ministériel, dont les contours varient en fonction des gouvernements. Ils couvrent généralement des domaines tels que la santé, l'enseignement supérieure ou l'économie. Les domaines sont parfois plus larges comme c'est le cas dans le gouvernement Attal. Depuis le 11 janvier 2024, Catherine Vautrin est ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, autrefois séparé en deux ministères.

Le ministre délégué

Le champ de compétence du ministre délégué est plus spécialisé que celui du ministre. Il travaille sous l’autorité du Premier ministre ou d’un ministre de tutelle. Frédéric Valletoux est par exemple le nouveau ministre délégué à la Santé rattaché Catherine Vautrin.

Le secrétaire d’État

Les secrétaires d’État sont en bas de l’échelle protocolaire. Ils peuvent être rattachés à un ministre ou au Premier ministre ou encore être autonomes et avoir leur département ministériel. À la différence des autres membres du gouvernement, ils n’ont pas le pouvoir de signer des décrets et ne gèrent pas de budget propre. De plus, ils n'assistent au conseil des ministres que si l’ordre du jour les concerne. Quand ils sont présents, ils sont géographiquement les plus éloignés du président et du Premier ministre.

Leur rémunération est aussi nettement moins importante que celle des ministres. Elle s’élève à 10 115 euros brut par mois pour un Secrétaire d'Etat, contre 10 647 euros bruts par mois pour un ministre, note Capital. Celle du Premier ministre est de 15 735 euros bruts reçus par mois.

VIDÉO - Remaniement: l'Élysée a pour objectif de nommer entre 10 et 15 ministres cet après-midi