Publicité

"Je suis qui pour refuser 200.000 euros?": Ahmed Sylla revient sur la polémique des salaires de "Lol, qui rit sort"

Ahmed Sylla se livre sans concession. Invité de l'émission YouTube Amuse Bouche, présentée par Roman Frayssinet, Hakim Djemili, Redouane Bougheraba et Ahmed Sparrow, l'humoriste est revenu sur les propos de Blanche Gardin, concernant le cachet de 200.000 euros qui lui aurait été proposé par Amazon pour participer à Lol, qui rit sort.

Entre quelques confessions émouvantes sur son passé, la mort de son meilleur ami et l'évolution de sa carrière, Ahmed Sylla, qui a lui-même participé à la deuxième saison du programme diffusé par Prime Vidéo, a tenu à réagir une nouvelle fois à la polémique.

"Les gens ne savent pas la moitié de ce que je peux faire avec mon argent. [...] On nous a même pas proposé 200.000 euros. Mais la vie de ma mère, demain, ils me proposent 200.000, je le fais", a déclaré l'humoriste lors de son interview.

Et d'ajouter: Si ça peut te permettre d'aider des gens. [...] Je suis qui, moi, aujourd'hui, dans cette époque, pour refuser quelqu'un qui te paye 200.000 euros sous prétexte que Jeff Bezos [...] n'a pas payé sa TVA... Frérot, il ne sait même pas que j'existe."

"Oui, ça me gêne"

Dans une tribune publiée sur Facebook en avril dernier, l'humoriste Blanche Gardin a confié avoir refusé un cachet de 200.000 euros qui lui a été proposé par Amazon pour prendre part au jeu "LOL: qui rit, sort!".

Pour justifier son choix, l'humoriste a pointé du doigt le contraste entre ce salaire et la somme finale allouée à l'association caritative du gagnant et critiqué certaines pratiques de la multinationale de Jeff Bezos.

Blanche Gardin dénonce notamment le fait qu'Amazon "ne paye pas ses impôts en France", qu'elle émette "55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre par an", qu'elle "utilise la main-d'œuvre des camps de concentration ouïghours" ou encore que "les emplois qu’elle crée en détruisant d’autres sont des emplois éreintant dans des entrepôts déshumanisés".

"Oui, ça me gêne de toucher, pour 8 heures de travail, cette somme affolante", a-t-elle écrit, ajoutant que "l’association caritative de mon choix remporterait, elle, 50.000 euros, c'est-à-dire quatre fois moins, et encore, seulement si je gagne".

Amazon a ensuite répondu à Blanche Gardin, expliquant que sa déclaration contenait "des commentaires faux et inexacts à propos d'Amazon", assurant contribuer "au dynamisme des territoires" et payer leur "juste part d'impôts".

"Ce qu'on fait de notre argent, ça nous regarde"

Depuis sa publication, cette tribune n'a pas manqué de faire réagir les candidats des précédentes saisons de Lol, qui rit sort. Dans une interview au magazine Society, Ramzy Bedia a ainsi assumé sa participation à l'émission d'Amazon et le fait d'avoir touché, pour une journée de tournage, 200.000 euros.

"[...] ce gros chèque, perso, moi je le prends. Qu'on respecte l'avis de Blanche Gardin et qu'on respecte le mien", a-t-il déclaré.

Avant lui, Virginie Efira, qui a participé à la 3e saison de Lol: qui rit sort, s'est elle aussi exprimée sur la polémique: "Ce qu'on fait de notre argent, ça nous regarde. On ne peut pas faire une course à la pureté: le cinéma c'est aussi une industrie, avec des grands groupes. Si on cherche une radicalité, c'est complexe", a-t-elle confié dans les colonnes du Parisien.

Invité sur le plateau de Clique, fin avril, Ahmed Sylla avait également dénoncé une première fois la démarche de Blanche Gardin. "Ça nous fait passer, nous, pour des gens pas bien. Il y a deux choses: refuser l’émission et dénoncer le système que représente Amazon. Ce sont deux choses complètement différentes", avait-il assuré.

Article original publié sur BFMTV.com