Publicité

"Je refuse d'obtempérer" : outré, l'un des avocats de Cédric Jubillar donne des détails sur la reconstitution

Le 13 décembre prochain, Cédric Jubillar va être sorti de prison. Les deux juges d'instruction l'attendent chez lui pour une reconstitution, afin de comprendre peut-être, ce qui s'est déroulé le soir du 15 au 16 décembre 2020. Afin qu'aucune information ne fuite lors de cette étape importante, les deux juges ont demandé à ce que personne n'ait son téléphone portable. Mais voilà que Maître Alexandre Martin, l'un des avocats de Cédric Jubillar, ne l'entend pas de la même oreille. "J'ai été surpris d'apprendre ça. Je vous avoue que cette mention, je ne l'avais pas regardée, ou alors ça m'était passé au dessus, considérant que ça ne pouvait pas être adressé aux avocats", commence-t-il par confier à France Bleu.

Pour lui, impossible de ne pas avoir son portable : "Le bâtonnier Pierre Dunac a expliqué que cette injonction ne pouvait s'imposer aux avocats. Cela pose deux difficultés. La première, au-delà de la capacité pour un avocat d'être joint à tout moment, pour des raisons personnelles ou des raisons professionnelles. Au-delà de ça, c'est la suspicion qui est jetée par ces magistrats qui considèrent que nous pourrions, alors que nous sommes auxiliaires de justice, que nous sommes soumis à des règles, notamment du secret de l'instruction, prendre des photos ou envoyer des informations." Pour Maître Alexandre Martin, cette interdiction n'a aucun sens.

Maître Alexandre Martin : "C'est une injure envers les avocats"

"Le juge insinue que je (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"Pour moi le cercueil était vide..." : les pratiques intolérables d'une entreprise de pompes funèbres
Coupures d'électricité : votre ascenseur va-t-il s'arrêter ?
Qu'est-ce que le syndrome de l'homme raide ce trouble rare dont souffre Céline Dion
Les policiers l'arrêtent pour excès de vitesse, ils font une découverte de taille sur la banquette arrière
Streptocoques A : ce que l'on sait sur ces inquiétantes bactéries qui touchent de plus en plus d'enfants en France