Publicité

Le redoublement à l’école, un débat aux enjeux politiques ?

Le ministre de l'Éducation nationale Gabriel Attal vient de déclarer au congrès des maires de France qu'« il faut revoir la question du tabou du redoublement : un élève qui entre en sixième sans savoir ni lire ni compter, c'est quasiment de la maltraitance ». Un « tabou » qui est loin d'être évident si l'on prend en compte qu'il y a 30 ans la moitié des élèves de troisième avaient redoublé au moins une fois, et le quart il y a 10 ans. Nombre de Français doivent donc penser par « expérience » que le redoublement fait partie de la « normalité », en dépit des études de suivi en la matière qui concluent au caractère inutile, voire néfaste, de la plupart des types de redoublement.