Publicité

Record de température battu pour le neuvième mois consécutif, selon Copernicus

Record de température battu pour le neuvième mois consécutif, selon Copernicus

Ce mois de février a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon les nouvelles données du "Copernicus Climate Change Service" (C3S) de l'UE.

C'est le neuvième mois consécutif où les températures ont battu des records. Il intervient après que 2023 s'est révélée être l'année la plus chaude que le monde ait connue depuis le début des relevés de températures.

En février, les températures ont été supérieures d'environ 0,81 °C à la moyenne de 1991 à 2020 et d'un dixième de degré au précédent record établi, en 2016.

Ce neuvième mois record consécutif est à lui seul stupéfiant, mais mis en perspective, il met en évidence la tendance à la poursuite du réchauffement climatique.

"En juillet [2023], lorsque nous parlions des températures mensuelles, les nouvelles indiquaient que nous étions à environ 1,5 °C pour un mois [au-dessus des moyennes préindustrielles]. Aujourd'hui, le mois de février se situe à environ 1,77 °C au-dessus des moyennes préindustrielles", explique Carlo Buontempo, directeur du C3S. "C'est tout à fait remarquable".

De combien l'Europe s'est-elle réchauffée cet hiver ?

En Europe, les trois derniers mois ont été le deuxième hiver le plus chaud jamais enregistré, avec 1,44°C de plus que la moyenne, juste derrière l'hiver 2019/2020.

Toutefois, en raison de variations à travers l'Europe, certains pays ont connu leur hiver le plus chaud de l'année.

L'Observatoire national d'Athènes, par exemple, a déclaré que cet hiver a été le plus chaud que la Grèce a connu depuis le début des relevés. Il a été plus chaud de 1,8 °C que l'hiver moyen, entre 1960 et 2024, et dans certaines régions du nord du pays, les experts affirment que les températures ont été bien plus élevées. Au cours de la dernière décennie, le pays a connu ses six hivers les plus chauds.

La Pologne a connu des températures comprises entre 3,5 et 7,5 °C de plus que la moyenne en février et la Hongrie a enregistré une moyenne nationale de 7 °C de plus que la moyenne.

Pourquoi cet hiver a-t-il été si chaud ?

Globalement, les mois de décembre, janvier et février ont été supérieurs de 0,78 °C à la moyenne. Mais ces trois derniers mois s'inscrivent dans un contexte beaucoup plus large de changement climatique.

"L'hiver a été très chaud, l'automne très chaud, l'été très chaud, et l'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée", affirme Carlo Buontempo.

"Si l'on fait un zoom arrière, le tableau d'ensemble est très, très clair. Les choses se réchauffent partout et cela a des répercussions sur bon nombre de nos activités. Cela a des répercussions sur les écosystèmes, sur la pêche, sur l'océan, etc", ajoute-t-il.

D'autres facteurs pourraient avoir poussé le monde à atteindre un sommet, en établissant record sur record au cours des neuf derniers mois.

El Nino, par exemple, a fait la une des journaux, en provoquant des températures élevées, des conditions météorologiques extrêmes, des sécheresses et des mauvaises récoltes dans le monde entier. Toutefois, si l'on compare cet El Niño aux précédents, on constate qu'il n'a pas été aussi extrême que ceux observés à la fin des années 1990. Dans l'ensemble, il s'agit du cinquième plus important depuis le début des relevés.

"Et pourtant, nous avons connu des températures beaucoup plus élevées", souligne Carlo Buontempo.

"En effet, alors qu'El Niño ajoute et soustrait - selon la phase dans laquelle on se trouve - à la température moyenne mondiale, il y a quelque chose qui continue d'ajouter. Il s'agit des gaz à effet de serre".

Les températures de surface de la mer, en dehors du Pacifique équatorial, où El Niño a le plus d'effet, ont été "élevées de manière persistante et inhabituelle", pendant 10 mois. En janvier, elles ont été de loin les plus élevées jamais enregistrées, selon l'Organisation météorologique mondiale.

Cette situation est préoccupante et ne peut s'expliquer par le seul phénomène El Niño.

Avec le passage à La Niña  - le côté opposé du schéma climatique - les températures pourraient baisser momentanément. Des fluctuations telles que la phase actuelle particulièrement active du soleil peuvent également ajouter de l'énergie au système, rendant le monde plus chaud, puis plus froid, lorsque leur effet prend fin.

"Ces éléments s'équilibrent en moyenne alors que les gaz à effet de serre continuent d'augmenter. Il n'est donc pas très difficile de prédire que la température va augmenter, ne serait-ce que pour cette raison", précise Carlo Buontempo.

L'hiver a également apporté des conditions météorologiques extrêmes

Il n'y a pas que les températures extrêmes qui ont frappé l'Europe cet hiver.

Il a été beaucoup plus humide que la moyenne sur une large bande allant de la péninsule ibérique à l'ouest de la Russie, couvrant le Royaume-Uni, l'Irlande et le sud de la Scandinavie.

Le vent et les fortes précipitations ont provoqué des dégâts et des destructions considérables. Au Royaume-Uni, dix tempêtes baptisées, d'Agnes à Jocelyn, ont frappé le pays au début du mois de février.

Les vagues s'écrasent sur le mur du port de Newhaven, dans le sud de l'Angleterre, le jeudi 2 novembre 2023.
Les vagues s'écrasent sur le mur du port de Newhaven, dans le sud de l'Angleterre, le jeudi 2 novembre 2023. - AP Photo/Kin Cheung

À l'opposé, les pays méditerranéens, certaines parties des Balkans, une grande partie de la Turquie, des régions d'Islande et du nord de la Scandinavie, ainsi que de grandes parties de l'ouest de la Russie ont connu un temps plus sec que la moyenne.

La Méditerranée en particulier a connu des impacts catastrophiques qui ont entraîné des pénuries d'eau, des rationnements, des restrictions et la déclaration d'états d'urgence pour des millions de personnes.

Carlo Buontempo donne l'explication suivante : "les zones sèches deviendront plus sèches et les zones humides plus humides. Cette formule simplifie et résume l'impact thermodynamique de l'augmentation des températures sur un certain nombre d'autres variables".

Les records de température battus ne sont pas inattendus

Bien qu'il y ait eu quelques surprises, les transitions étant plus rapides ou plus fortes que ce que les experts avaient prévu, "dans l'ensemble, ce que nous observons aujourd'hui correspond assez bien à ce que nous nous attendions à voir il y a peut-être 20 ans", selon Carlo Buontempo.

Que savons-nous des six prochains mois, des cinq ou dix prochaines années ? C'est simple : nous savons que la température moyenne va augmenter.

"En tant que société, nous n'avons peut-être pas encore tiré pleinement parti des informations dont nous disposons".

Si ce scénario de réchauffement continu peut être _"décevant ou alarmant",_selon le point de vue, Carlo Buontempo ajoute qu'il s'agit au moins d'un scénario dans lequel nous avons la chance de savoir ce qui va se passer - et donc de pouvoir agir en conséquence.

"Je pense qu'il est logique d'en prendre note et de s'en servir comme l'un des éléments de la prise de décision stratégique et de l'élaboration des politiques".