Publicité

Record : à 8 ans, l’Indien Ashwath Kaushik bat un grand maître international d’échecs

Dès le début de son article, CNN montre tout son enthousiasme. “Prenez garde, un nouveau prodige des échecs est entré dans l’arène”, s’exalte le média américain au sujet d’Ashwath Kaushik.

Dimanche 18 février, à 8 ans, 6 mois et 11 jours, ce jeune Indien qui défend les couleurs de Singapour est devenu le nouveau détenteur d’un record : celui du plus jeune pratiquant d’échecs de l’histoire à avoir battu un grand maître international (GMI) − le plus haut échelon qu’un joueur puisse atteindre. Un exploit qui a été réalisé lors du tournoi suisse de Berthoud, où le jeune prodige a dominé le joueur polonais Jacek Stopa, âgé, lui, de 37 ans.

Comme l’explique ensuite le site d’information d’outre-Atlantique, même avant cette victoire, Kaushik n’était pas totalement inconnu dans le monde des échecs, puisqu’il s’était “déjà fait un nom en remportant un certain nombre de tournois de jeunes dans le monde entier, et en devenant champion du monde de vitesse des moins de 8 ans en 2022”.

Néanmoins, c’est bien cette victoire qui a révélé ce talent aux yeux du grand public, l’établissement d’un tel record de précocité suscitant la curiosité des grands médias généralistes. Pourtant, c’est un record qui est battu fréquemment : le dernier en date avant celui d’Ashwath Kaushik l’a précédé de seulement quelques jours, obtenu par un joueur serbe âgé de 8 ans et 11 mois, Leonid Ivanovic. La joie de ce dernier aura donc été bien éphémère.

L’exploit d’Ashwath Kaushik n’en reste pas moins une grande nouvelle, surtout à Singapour, pays où habite le jeune champion depuis qu’il a 1 an et qu’il représente dans les compétitions internationales. Preuve en est que The Straits Times, quotidien anglophone de la cité-état, s’est empressé de consacrer un article à Kaushik, où il fournit quelques éléments biographiques sur le jeune talent.

“Ashwath était âgé de 4 ans lorsque ses parents lui ont fait connaître ce jeu, et au bout de quelques mois il les battait déjà, indique le journal. Voilà qui les a poussés à l’inscrire à des cours, où il a pu développer sa technique.” De toute évidence, les résultats n’ont pas tardé à arriver, mais ceux-ci sont aussi la conséquence d’une discipline très rigoureuse, puisque le jeune prodige “joue aux échecs environ deux heures tous les jours [de la semaine], et six à sept heures pendant les week-ends”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :