Publicité

Rebecca Zlotowski, Céline Sciamma et Justine Triet... Natalie Portman inspirée par les cinéastes françaises

Éloge du génie féminin français. La comédienne Natalie Portman, à l'affiche de May December de Todd Haynes, le 24 janvier prochain au cinéma, a affirmé à La Tribune Dimanche être inspirée par "la nouvelle génération de réalisatrices françaises", dans ses envies de réalisation.

"J'aimerais réaliser des films: la nouvelle génération de réalisatrices françaises, Rebecca Zlotowski, Céline Sciamma, Justine Triet... m'inspire beaucoup. C'est un groupe extraordinaire de femmes cinéastes, c'est pourquoi je m'estime chanceuse de vivre en France en ce moment", a-t-elle déclaré dans un entretien diffusé ce dimanche 21 janvier.

L'actrice américaine connaît bien une partie de ces cinéastes, ayant joué en 2016 dans le long-métrage Planetarium de Rebecca Zlotowski, aux côtés notamment de Lily-Rose Depp et de Louis Garrel.

"Soutenir plus de femmes"

Dans cet entretien, Natalie Portman se confie également sur son métier, qui à son grand étonnement continue de l'intéresser et de la rendre "curieuse". "Je le suis de plus en plus, même !", a-t-elle ajouté. Sa "nouvelle vie de productrice" lui plaît également, car elle lui permet de "porter à l'écran des histoires qui ont un sens pour [elle]".

"Il est important que les femmes, qui sont la moitié de la population, aient accès à la narration. On ne raconte pas une histoire de façon particulière selon que l'on est une femme ou un homme: chaque réalisateur à sa propre façon de voir le monde. Mais les femmes et les minorités ont été historiquement exclues de cet exercice. Une grande partie de mon objectif [...], en tant que productrice, est de soutenir plus de femmes et de personnes historiquement sous-représentées dans les récits", a-t-elle développé.

Ce n'est pas la première fois que Natalie Portman fait part de son soutien au travail des réalisatrices. En 2016, aux Oscars, elle avait fait broder sur sa robe Dior le nom de cinéastes femmes selon elle écartées de façon injuste des nominations, comme Lorene Scafaria, Lulu Wang, Greta Gerwig et Marielle Helle. "Je voulais souligner de manière subtile les femmes qui n'ont pas été reconnues pour leur travail incroyable cette année", se justifiait-elle alors.

Article original publié sur BFMTV.com