Publicité

Reçu à Matignon, Fabien Roussel a demandé "des mesures d'urgence" pour les bas salaires

Une délégation composée d'élus communistes et de salariés a été reçue dans les bureaux du Premier ministre ce samedi. Ils réclamaient des mesures d'urgence pour les personnes frappées par la vie chère.

"La France est prête à craquer", a alerté Fabien Roussel à la sortie d'une réunion à Matignon ce samedi 3 février. Une délégation composée d'élus communistes et de salariés a été reçue dans les bureaux du Premier ministre ce samedi. Le groupe, mené notamment par le secrétaire national du Parti communiste français, portait le sujet de la vie chère.

Reçus par le cabinet du Premier ministre, Gabriel Attal, ils ont présenté des fiches de paie envoyées par des travailleurs à travers la France qui dénoncent leurs bas salaires et des pétitions contre la vie chère. Ils se sont entretenus pendant une cinquantaine de minutes avec le directeur de cabinet Emmanuel Moulin et des conseillers du Premier ministre.

Roussel propose que les salaires soient indexés sur l'inflation

Les salariés, qui exercent entre autres dans la grande distribution et dans la fonction publique hospitalière, ont "raconté leur vie, les difficultés du métier et les faibles salaires qu'ils ont en retour", a expliqué Fabien Roussel à BFMTV après la réunion.

Le député communiste affirme avoir "demandé des mesures d'urgence". "Nous proposons que l'ensemble des salaires soient indexés sur l'inflation, c'est le minimum, comme le Smic", a-t-il expliqué. Sur X (ex-Twitter), l'élu a également déclaré avoir demandé "une conférence sociale", "la reconnaissance des formations" et "que plus un seul salaire ne soit en dessous du Smic".

En France, le Smic est le seul salaire indexé sur l'inflation. Les branches ayant des minima sous le Smic sont régulièrement rappelées à l'ordre.

"Rien avant la fin de l'année", déplore Roussel

En réponse, les équipes du Premier ministre ont rappelé qu'"un rapport fait par des économistes" sera remis à Gabriel Attal "au mois de juin pour ensuite des mesures qui seront débattues à la fin de l'année", a relaté Fabien Roussel.

"Il n'y aura rien avant la fin de l'année", a constaté Fabien Roussel, ce qu'il "regrette profondément".

Gabriel Attal a annoncé mardi une réforme sur les bas salaires pour "désmicardiser" la France, lors de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale.

Fabien Roussel réclame des "actions fortes pour tenir compte des salaires bas et notamment au-dessus du Smic" et "au moins qu'il n'y ait pas de hausses de factures en attendant". "J'invite les salariés, dans leurs entreprises, à se manifester auprès de leur direction, à interpeller leurs députés, leurs sénateurs", a-t-il ajouté. Avant de prévenir: "si nous devons appeler à des mobilisations plus importantes, nous le ferons".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Allemagne : grève nationale dans les transports pour exiger de meilleures conditions de travail