Publicité

Rayane Bensetti : Les pompiers appelés à son chevet, images impressionnantes de son visage déformé

L'acteur n'a pas passé une très bonne soirée. Si au départ ses symptômes l'ont fait rire, il a finalement réalisé que ce qu'il se passait au niveau de son visage était peut-être grave. Il a donc souhaité se rendre à l'hôpital mais ce sont finalement les pompiers qui sont venus à son chevet.

Rayane Bensetti a plein de projets pour 2024 avec la sortie notamment de quatre films : HDMI, Jamais sans mon psy, Vive les mariés et Bro. Mais niveau santé ça aurait pu mieux commencer.

Jeudi 18 janvier, l'acteur a posté une vidéo sous le ton de l'humour en dévoilant son visage métamorphosé. S'il en a ri au départ, les pompiers ont finalement été appelés. Dans une vidéo, on peut en effet voir Rayane Bensetti le visage rougi, gonflé, avoir des boutons sur le cou, voire même des plaques. "Quand tu prends la grosse tête...Je te laisse évidemment me vanner en commentaire. À quoi je ressemble ?", a-t-il inscrit en légende. Et à lui de rire de son sort en premier. "Ceci n'est pas un filtre. Je ne sais pas comment en 8 minutes j'ai pu ressembler à un Bogdanoff. S'il vous plaît, regardez ma bouche, on dirait un pneu !", peut-on l'entendre dire. Et de poursuivre toujours en rigolant : "Je suis en train de mourir." Mais voilà qu'il commence ensuite à s'inquiéter : "Il faut que j'aille à l'hôpital." Ses amis présents à ce moment-là, lesquels filment son visage et son cou, confirment que ce serait une bonne idée.

A la fin de la vidéo, rebondissement, ce sont les pompiers qui sont venus à son chevet. On peut voir le comédien assis sur un canapé, sa tension en train d'être prise et un pompier lui demander : "Pas de maladie particulière ?" Pour le moment, on ne sait pas ce qu'il est arrivé...

Lire la suite


À lire aussi

Meurtre de James Bulger à 2 ans : son tueur, 10 ans à l'époque, prêt à sortir de prison ? "C'est un bombe à retardement"
Disparition de Mélodie à Marseille : son corps a été retrouvé, un homme en garde à vue a avoué le meurtre
Sylvie Vartan abandonne son clan à Megève : grosse frayeur à Noël, au chevet de son mari "souffrant"