Ravagée par les incendies, la Californie menacée par des inondations

CalFire firefighters turn away from the fire to watch for any stray embers during a firing operation to build a line to contain the Fairview Fire near Hemet, California, on September 8, 2022. - A ferocious heat wave scorching the western United States could finally begin to wane in the coming days, forecasters said on September 7, but they warned of dangerous fire conditions as howling winds sweep through the bone-dry region. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)
PATRICK T. FALLON / AFP CalFire firefighters turn away from the fire to watch for any stray embers during a firing operation to build a line to contain the Fairview Fire near Hemet, California, on September 8, 2022. - A ferocious heat wave scorching the western United States could finally begin to wane in the coming days, forecasters said on September 7, but they warned of dangerous fire conditions as howling winds sweep through the bone-dry region. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)

PATRICK T. FALLON / AFP

Des pompiers luttant contre le Fairview Fire, près de Hemet, en Californie, le 8 septembre 2022 (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)

ENVIRONNEMENT - Les pompiers combattant un important incendie en périphérie de Los Angeles se préparaient vendredi à affronter un nouveau danger, sous la forme d’inondations et coulées de boue que pourrait déclencher une tempête tropicale remontant du Mexique.

Rétrogradée de la catégorie d’ouragan au moment où elle a touché terre au Mexique jeudi, la tempête Kay s’est ensuite dirigée vers le nord. Elle risque de générer des vents violents susceptibles d’attiser l’incendie baptisé « Fairview fire », ont averti les autorités.

Plus de 10.000 hectares ont déjà été consumés par l’incendie qui s’est déclaré lundi, en pleine vague de chaleur extrême, et qui continue de se propager sous l’effet « de vents extrêmes » descendus des montagnes proches, ont expliqué les autorités.

« De toute ma carrière, je n’ai jamais vu un tel incendie dans le comté de Riverside », a commenté John Crater, chef de division des services californiens de lutte contre les feux de forêt. « C’est un incendie très coriace ». Deux personnes ont déjà péri, piégées par les flammes alors qu’elles tentaient de fuir le brasier.

La zone à évacuer a une nouvelle fois été agrandie, et concerne désormais plus de 20.000 personnes. Les autorités ont fait du porte-à-porte pour demander aux résidents les plus réticents de quitter les lieux afin de se mettre à l’abri.

Terrain difficile

En Californie du nord, le « Mosquito Fire » continue lui de ravager les alentours de Sacramento, et a déjà détruit plus de 12.000 hectares. Les pompiers ont fait savoir qu’ils ne contrôlaient aucun des fronts de cet incendie, qui a selon eux déjà détruit plusieurs bâtiments.

« Le feu brûle sur un terrain extrêmement difficile, qui inclut des canyons très pentus, où il peut être dur d’affronter les flammes », a expliqué l’agence californienne de lutte contre les incendies Cal Fire dans un communiqué.

En parallèle, c’est désormais la menace de l’ouragan Kay, rétrogradé en tempête tropicale, qui se profile. Ce phénomène doit apporter des pluies importantes en Californie et en Arizona, ainsi qu’une forte houle sur le littoral pacifique.

Selon les services météo américains, plus de 18 centimètres de précipitation pourraient tomber, augmentant le risque de crues et de coulées de boue dans des zones où la terre brûlée ne pourra pas absorber les ruissellements.

Vendredi après-midi, cette tempête soufflait déjà sur la Californie du Sud, avec des rafales à plus de 160 km/h.

Elle devrait mettre un terme à l’étouffante vague de chaleur subie depuis une semaine par l’Ouest américain, où le mercure a parfois frisé les 45°C, mais les températures vont rester élevées dans le nord et le centre de la Californie.

Les nuages emprisonnent l’air chaud en surface et « environ 29 millions d’Américains sont actuellement sous une alerte de chaleur excessive », a avertir le National Weather Service. L’air sec et le vent risquent donc d’aggraver le risque d’incendies.

L’Ouest américain est frappé par plus de deux décennies d’une sécheresse dévastatrice, aggravée par le changement climatique dû à l’usage continu des énergies fossiles.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi