Publicité

Rats de la taille d'AK-47 et boue : l'hiver s'invite sur le front en Ukraine

Rats de la taille d'AK-47 et boue : l'hiver s'invite sur le front en Ukraine

L'hiver vient à peine d'arriver, mais il a déjà apporté son lot de difficultés à la guerre en Ukraine. Les armées des deux camps sont touchées et les civils ukrainiens aussi.

"Pensez aux défenseurs ukrainiens dans les tranchées", déclare, à Euronews, Tyler Kustra, professeur adjoint de politique et de relations internationales, à l'université de Nottingham.

Plus d'un million de soldats ukrainiens et russes se battent actuellement dans l'est de l'Ukraine, alors que les températures chutent et que l'hiver commence à sévir.

Mais ce n'est que le début de leurs inquiétudes.

Citant des images de rats "de la taille d'un fusil d'assaut Kalachnikov" partagées sur les médias sociaux par les troupes, Tyler Kustra affirme que les forces russes "font face à une grave infestation de rongeurs, car les souris et les rats cherchent à se réchauffer et à se nourrir en allant dans leurs tranchées".

"Étant donné que les Ukrainiens se trouvent juste de l'autre côté de la ligne de front, je crains que Vladimir Poutine ne soit pas la seule vermine à laquelle ils devront faire face", ajoute-t-il.

Ces dernières semaines, plusieurs messages et rapports ont été publiés sur les réseaux sociaux, faisant état d'une invasion de rongeurs sur les lignes de front russes, signe de conditions de guerre de plus en plus insalubres et dégradantes pour les troupes sur le champ de bataille.

L'AFP a récemment rapporté que des souris rongeaient les câbles d'équipements importants dans les tranchées ukrainiennes, comme les chauffages et les appareils Internet, ce qui ajoute encore au problème.

Un moral en chute libre en hiver

Les combats pendant l’hiver ne sont pas de tout repos.

"Rester allongé dans des tranchées quand il fait -10 ou -20 degrés peut provoquer une hypothermie chez les soldats", confie,  à Euronews, Marina Miron, chercheuse au département d'études sur la guerre du King's College, ajoutant que le manque de feuillage signifie qu'ils ne peuvent pas se cacher à l'air libre.

Du carburant supplémentaire et des vêtements appropriés sont nécessaires "simplement pour survivre sur le champ de bataille hivernal", poursuit-elle, ce qui fait peser un fardeau de ressources plus important sur l'armée de chaque pays.

"Cela dit, les deux camps savent comment opérer en hiver. Ce n'est pas nouveau", indique-t-elle.

Néanmoins, le temps maussade peut affecter les troupes sur le plan mental, surtout lorsqu'elles sont loin de leur famille et de leurs amis.

"Personne n'a envie d'être en première ligne, donc le moral baisse. Les gens veulent être dans un endroit agréable et chaud, plutôt qu'à l'extérieur", confie Marina Miron.

"C'est là le problème : il y a un facteur humain dans les limites psychologiques et physiques des opérations en hiver", précise-t-elle.

Des militaires ukrainiens gardent un poste de contrôle sur une route principale à Kiev, Ukraine, lundi 7 mars 2022
Des militaires ukrainiens gardent un poste de contrôle sur une route principale à Kiev, Ukraine, lundi 7 mars 2022 - Vadim Ghirda/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

L'emprise de l'hiver pose également des problèmes aux stratèges de Kyiv, car il est difficile d'avancer sur le champ de bataille.

"Le sol boueux est mauvais pour les avancées militaires", souligne le professeur de politique, Tyler Kustra, les conditions glissantes rendant difficile le déplacement des troupes et des chars. "Le sol gelé est plus efficace".

En plus de ces problèmes naturels, il cite les remarques du général ukrainien, Valery Zaluzhny, dans The Economist, selon lesquelles la situation technologique actuelle signifie que l'Ukraine ne peut pas rassembler des forces pour une attaque.

"Elles seront repérées par les drones russes et détruites », souligne Tyler Kustra.

La contre-offensive ukrainienne, lancée en juin, pourrait ralentir en raison des conditions météorologiques hivernales difficiles, n'ayant pas obtenu les résultats escomptés par certains.

Des avancées sont toutefois encore possibles.

"Même si les opérations en hiver sont difficiles, elles sont différentes", précise Marina Miron à Euronews.

Elle évoque la Seconde Guerre mondiale, qui a donné lieu à des actions offensives importantes pendant les mois d'hiver.

"Nous ne verrons peut-être pas le même type d'action rapide [qu'en été en Ukraine]. Mais cela ne signifie pas nécessairement qu'il n'y aura pas d'opérations offensives", affirme Marina Miron.

Il n'est pas certain que l'une des parties soit plus avantagée que l'autre.

"On ne peut pas dire que cela favorise les Ukrainiens ou les Russes", assure Marina Miron. "Elle favorise le camp qui est le mieux préparé à de telles opérations et qui a mis en œuvre toutes les mesures nécessaires dès le début".

"Ce n'est pas le moment de juger".

Des militaires ukrainiens tirent en direction des positions russes sur la ligne de front à un endroit non divulgué dans la région de Donetsk, Ukraine, le 23/11/2022
Des militaires ukrainiens tirent en direction des positions russes sur la ligne de front à un endroit non divulgué dans la région de Donetsk, Ukraine, le 23/11/2022 - Roman Chop/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

L'année dernière, les pays occidentaux ont expédié à la hâte des vêtements d'hiver, car les températures glaciales sont devenues l'un des ennemis les plus redoutés des deux côtés de la ligne de front.

« Des facteurs "plus décisifs", tels que des pénuries de munitions ou des problèmes de main-d'œuvre, pourraient entraver les opérations du côté ukrainien », avertit Marina Miron.

Les États membres de l'UE se sont engagés à fournir un million d'obus à Kiev d'ici au mois de mars, mais cet objectif ambitieux semble d'ores et déjà irréalisable.

L'hiver touche aussi les civils

Mais les soldats ne sont pas les seuls à souffrir du froid.

"Je m'inquiète pour les civils ukrainiens à mesure que les températures baissent", confie Tyler Kustra.

"L'hiver dernier, Vladimir Poutine a attaqué les centrales électriques ukrainiennes pour tenter de geler la population civile. Il pourrait bien réessayer cet hiver. L'armée ukrainienne devra s'efforcer de contrecarrer ses plans et de maintenir la chaleur », ajoute-t-il.

Les frappes russes se sont abattues sur l'infrastructure énergétique de l'Ukraine au plus profond de l'hiver, plongeant le pays dans l'obscurité pendant de longues périodes et privant les civils de lumière et de chauffage.

Selon l'Atlantic Council, un groupe de réflexion américain, cette campagne ciblée a détruit environ 61 % de la capacité de production d'électricité de l'Ukraine et endommagé plus de 50 % du secteur énergétique du pays.

Un secouriste ukrainien soigne un habitant après une attaque russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, mardi 22 novembre 2022
Un secouriste ukrainien soigne un habitant après une attaque russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, mardi 22 novembre 2022 - Bernat Armangue/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

Les températures moyennes en Ukraine varient de -4,8 °C à 2 °C entre décembre et mars, avec des conditions météorologiques difficiles comme la neige et le verglas.

Le Dr Jade McGlynn, chercheuse en études sur la guerre au King's College de Londres, a confié, à Euronews, au début de l'année que Moscou procédait délibérément à des_"bombardements de terreur"_sur l'Ukraine.

"L'intention ultime est de briser la volonté de la population afin qu'elle cède à un moment donné et accepte la Russie", a-t-elle expliqué en juin, affirmant que ces bombardements étaient personnellement "dirigés" par le président russe.

"Vladimir Poutine pense que l'Occident abandonnera et que les Ukrainiens seront simplement reconnaissants de la fin de la terreur".