RATP : Jean Castex s’excuse pour la « dégradation » du service

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - « Je veux dire aux millions d’usagers mes regrets, mes excuses de cette situation et surtout, ma profonde volonté d’améliorer les choses ». Jean Castex a fait son mea culpa lors de la conférence d’Île-de-France mobilités (IDFM) organisée ce vendredi 13 janvier.

L’ancien Premier ministre, devenu PDG de la RATP depuis novembre dernier a présenté pour l’occasion un plan de sortie de crise devant la présidente d’IDFM, Valérie Pécresse, et « espère bien » un retour à la normale « pour le 1er avril 2023 ».

« Il y a eu une forte dégradation de service dans le dernier trimestre 2022, particulièrement marquée sur le réseau RATP », a déploré la candidate à la dernière présidentielle. En fin d’année dernière, « un quart de l’offre de bus n’était pas réalisée et entre 10 et 20 % de l’offre de métro », a souligné Valérie Pécresse. Et si la situation s’est améliorée depuis le début du mois de janvier, « le réseau RATP est toujours en grande souffrance », a-t-elle insisté.

Difficultés de recrutement, absentéisme et démissions

Depuis janvier, 17% des bus RATP ne roulent pas à Paris et en petite couronne et dans le métro, trois lignes sur quatorze sont toujours en difficulté et cinq fragiles, selon le bilan dressé par IDFM.

Jean Castex a reconnu les nombreux problèmes auxquels est confronté l’opérateur, dus aux difficultés de recrutement, à la hausse de l’absentéisme ou encore à l’explosion du nombre de démissions (un peu plus de 1 000 en 2022 contre environ 400 par an avant le Covid). À cela s’ajoutent des problèmes liés à la maintenance, assure Jean Castex, où « nous avons du mal à recruter et où de surcroît, il y a un mouvement social latent », débouchant sur un nombre de métros disponibles insuffisant.

Pour parvenir à l’objectif d’un retour à la normale en avril, la RATP mise sur une campagne de recrutement massive. « Nous comptons recruter 4 500 personnes dont 2 500 conducteurs de bus et 400 conducteurs de métro, presque le double par rapport à 2022 », a-t-il annoncé.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi