Publicité

Le Rassemblement national demande (et obtient) l’audition de Yann Barthès à l’Assemblée nationale

Le député RN Thomas Ménagé a justifié sa demande par le refus de l’émission de TMC d’inviter en plateau des élus d’extrême droite.

Le RN préfère voir les journalistes de « Quotidien » en commission d’enquête que dans ses propres meetings. Ce jeudi 21 mars, le député Renaissance Quentin Bataillon, président de la Commission d’enquête « sur l’attribution, le contenu et le contrôle des autorisations de services de télévision à caractère national sur la TNT » a répondu favorablement à la demande du Rassemblement national, souhaitant auditionner l’animateur de TMC Yann Barthès.

« Le pluralisme est au cœur des travaux de notre commission d’enquête TNT. Tout ce qui participe à la compréhension de ses règles et à son respect est utile », a justifié le député de la Loire, répondant sur le réseau social X à son homologue lepéniste Thomas Ménagé. Dans un courrier publié sur le même réseau social, l’élu RN s’en prend au talk-show de TMC, accusé de ne pas respecter le pluralisme en raison de son choix de ne pas inviter des élus d’extrême droite sur son plateau.

Une accusation qui ne manque de sel, lorsqu’on se souvient que le Rassemblement national refuse l’accès de « Quotidien » à ses événements publics. « Il n’y a pas de journalistes chez “Quotidien” », justifiait durant l’élection présidentielle Marine Le Pen, lors d’une conférence justement consacrée à sa vision des contre-pouvoirs, plus précisément celui de la presse. Or, deux ans plus tard, Thomas Ménagé désigne bien Yann Barthès et Julien Bellver (spécialiste médias sur le plateau de « Quotidien ») en leur qualité de « journalistes ». Difficile d’y voir clair.

En réalité, cette convocation cache (mal) une volonté de dénoncer l’orientation éditoriale de l’émission de TMC, puisque le talk-show de Yann Barthès n’a jamais fait l’objet de condamnation de la part de l’Arcom concernant son manque de pluralisme. Saisi en 2023 par Nicolas Dupont-Aignan « au sujet de la politique d’invitation des personnalités politiques sur l’antenne de TMC, notamment dans l’émission “Quotidien” », le gendarme de l’audiovisuel n’avait rien trouvé à redire.

« Les règles fixées par la délibération du 22 novembre 2017 relative au principe de pluralisme politique s’appliquent à l’ensemble de la programmation d’un service de radio ou de télévision et non programme par programme. Dans ce cadre, le choix des personnalités politiques invitées à s’exprimer à l’antenne relève de la responsabilité exclusive des éditeurs », avait répondu l’Arcom. Pour respecter l’équilibre des temps de parole, le RN est d’ailleurs bien diffusé à l’antenne, mais par le biais de séquences issues d’autres émissions ou de vidéos récupérées sur les réseaux sociaux du RN.

Malgré ces évidences, le parti lepéniste se réjouit déjà à l’idée de passer Yann Barthès à la question. « Victoire ! Grâce à la mobilisation de vos députés RN, après Bolloré, CNews et Hanouna, nous auditionnerons Yann Barthès, du magazine Quotidien en commission d’enquête », se félicite le porte-parole du RN, Laurent Jacobelli. Et d’ajouter : « La liberté d’expression s’applique à tous ! ». Même à « Quotidien » ?

À voir également sur Le HuffPost :

Européennes 2024 : Valérie Hayer ne va pas pouvoir compter sur l’étude de cette ONG écolo pour lui faciliter la tâche

Européennes 2024 : le général Gomart en uniforme sur un visuel des Républicains, et cela pose problème