Publicité

Un rare manchot entièrement blanc repéré en Antarctique

ANIMAUX - Ce manchot est une exception de la nature. Sur les images du photographe Hugo Alejandro Harros Guerra, on le voit agir comme un manchot ordinaire, avançant à petits pas, avec les pattes tournées vers l’extérieur. Mais ce spécimen n’est pas un manchot quelconque : à la place du caractéristique plumage noir, il a des plumes presque entièrement blanches, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article.

Ce très rare manchot femelle a été repéré le 4 janvier sur la côte des Îles Shetland du Sud, en Antarctique. C’est ici que les scientifiques de la base de recherche chilienne Gabriel González Videla observent la nombreuse communauté de Manchots Papou, dont fait partie notre petit animal. Pour comprendre pourquoi il est si différent du reste, il faut regarder sous son plumage clair.

Il s’agit en effet d’une véritable exception génétique. S’il est blanc, c’est parce qu’il est affecté de leucisme, une mutation génétique très rare qui empêche la production normale de pigments dans le plumage. À ne pas confondre avec l’albinisme, qui cause une absence de pigmentation dans les yeux, dans la peau et dans les cheveux, cette particularité ne touche qu’une partie des cellules du plumage.

Un groupe très uni

Ce n’est pas le premier manchot à présenter cette particularité. Déjà en 2016, un autre spécimen blanc, qui pourrait être le même animal ou un de ces ancêtres, avait été observé dans le même groupe.

Selon les experts, c’est la seule colonie à rester dans le même endroit tout au long de l’année. Alors que d’autres espèces de l’Antarctique ont besoin de migrer pour se nourrir, le manchot papou adapte son alimentation à ce qu’il trouve. Tous les spécimens peuvent alors rester dans la même colonie et se reproduire entre eux, ce qui permet un mélange continu des gènes. Une situation très particulière qui augmente les probabilités d’observer des variations génétiques, comme c’est le cas pour ce petit animal blanc.

D’autres animaux présentent eux aussi cette mutation génétique, comme les girafes ou les félins. Selon les experts, présenter un plumage clair est plus dangereux pour l’animal car il devient plus visible aux prédateurs.

À voir également sur Le HuffPost :

Le changement climatique aurait tué le plus grand singe du monde il y a 250.000 ans

La Réunion sous la menace de Belal, un cyclone tropical intense