Publicité

Raquel Garrido et Alexis Corbière s’expriment sur la garde à vue de leur fille pour « apologie du terrorisme »

La fille de Raquel Garrido et Alexis Corbière est sortie libre de sa garde à vue mercredi soir, après avoir été interpellée la veille dans le cadre d’une enquête pour apologie du terrorisme.
JULIEN DE ROSA / AFP La fille de Raquel Garrido et Alexis Corbière est sortie libre de sa garde à vue mercredi soir, après avoir été interpellée la veille dans le cadre d’une enquête pour apologie du terrorisme.

POLITIQUE - La famille fait front commun. Dans un communiqué mis en ligne ce jeudi 18 janvier, les députés de la France insoumise Raquel Garrido et Alexis Corbière ont tenu à s’exprimer publiquement sur la garde à vue de leur fille, soupçonnée d’« apologie du terrorisme » et de « provocation publique et directe non suivie d’effet de commettre des atteintes volontaires à la vie ».

La fille de Raquel Garrido et Alexis Corbière placée en garde à vue pour apologie du terrorisme

Mardi matin, la fille du couple Garrido-Corbière, âgée de 21 ans, a été interpellée au domicile familial et placée en garde à vue après la diffusion de messages sur les réseaux sociaux en octobre, quelques jours après l’attaque meurtrière du Hamas, et pour une vidéo d’elle publiée mi-novembre. Une garde à vue qui a finalement pris fin mercredi soir, permettant à la jeune femme de sortir libre.

Mardi, le parquet de Paris a indiqué qu’une enquête avait été ouverte « à la suite de signalements adressés au pôle national de lutte contre la haine en ligne (PNLH) par des associations de lutte contre la discrimination ».

Discrets jusqu’alors, les deux parents ont tenu à revenir sur ces faits. Et en premier lieu, ils tiennent à « exprimer avec émotion » leur « compréhension » auprès des personnes choquées par les propos relayés en ligne.

« Épreuve familiale et parentale »

Le couple, qui reconnaît sans la moindre difficulté que l’apologie du terrorisme doit être « punie conformément à la loi » souhaite surtout revenir sur les raisons de la médiatisation de cette garde à vue, qu’il impute à Damien Rieu, figure de l’extrême droite en France.

« Il ressort de nos conversations avec Inés qu’elle déteste et réprouve le racisme et l’antisémitisme. Toutefois, Inés n’est pas militante. Elle n’est pas membre de la France insoumise. Si elle a été ciblée par ce responsable politique d’extrême droite, c’est parce qu’elle est notre fille », avancent-ils.

Ce qui ne les empêche pas d’estimer que leur fille « doit répondre, comme tout justiciable, devant la Justice ».

Raquel Garrido et Alexis Corbière reconnaissent être « confrontés à une épreuve familiale et parentale », tout en admettant un « modèle familial atypique » avec deux parents ayant « autant d’investissement politique ». Ce qui entraîne inévitablement des « conséquences » qu’ils disent être « prêts à assumer ».

Toutefois, les deux élus de Seine-Saint-Denis demandent de ne pas entraîner leurs trois filles dans des « dynamiques de confrontation politique et médiatique qu’elles n’ont pas choisies et qui sont d’une grande violence ». Une raison suffisante, selon eux, pour qu’elles bénéficient d’une « protection totale de leur vie privée (...) inévitablement mise en danger par la curiosité ou la malveillance suscitées par l’identité de leurs parents ».

À voir également sur Le HuffPost :

Olivier Dussopt relaxé après son procès pour favoritisme concernant le marché de l’eau à Annonay

Karim Benzema porte plainte contre Gérald Darmanin pour diffamation