Publicité

Rammstein a-t-il plagié un groupe français? "Sans aucun doute", affirme une expertise

Non, les NinjA Cyborg n'ont pas plagié Rammstein, comme l'affirmaient des fans du groupe de rock allemand, c'est l'inverse qui s'est produit.

C'est ce qu'a démontré une expertise musicale judiciaire, qui conlut ce mercredi 27 mars, que le groupe allemand a "emprunté volontairement le riff et d'autres éléments mélodiques de Sunny Road, dans Deutschland".

Aucune rencontre fortuite

L’expert musical près la Cour d’appel de Paris, Richard Dubugnon a en effet estimé "qu’aucune rencontre fortuite" ne pouvait être retenue du fait des "trop nombreuses ressemblances" et que Rammstein avait "sans aucun doute" commis un plagiat, indique un communiqué du cabinet PHI Avocats.

Les "ressemblances sont bien le fait d'un emprunt volontaire", indique encore l'expert.

Les deux morceaux présentent en effet d'importantes similitudes notamment dans le riff de guitare. "Rammstein a emprunté volontairement le riff et d’autres éléments mélodiques de Sunny Road, dans Deutschland, estime l'expertise musicale judiciaire.

Le titre du groupe français est sorti en 2018, et celui de Rammstein quelques mois plus tard en 2019. Deutschland est extrait de l'album Rammstein, paru en mai 2019.

Déboutés en première instance

Depuis 2020, Marc Botté et Martin Antiphon, les membres de NinjA Cyborg, reçoivent des messages de fans soulignant la ressemblance entre leurs titres et les accusant d'être les plagieurs.

"Je n’aime pas Rammstein et je n’écoute pas ce groupe", a confié Marc Botté à l'Obs. "C’est moi qui ai créé ce riff. Je savais très bien que je ne les avais pas plagiés."

Le groupe français, qui a intenté une action en justice contre Rammstein en 2021, a été débouté en première instance, avant de faire appel. La justice française a finalement désigné en 2022 un expert indépendant, à la demande du duo français.

L'affaire est cependant loin d'être conclue et cette expertise va servir aux membres de NinjA Cyborg lors de la première audience devant la chambre de la propriété intellecutelle du Tribunal judiciaire de Paris qui se tiendra le 10 septembre prochain.

"Nous voulons que ce morceau soit reconnu comme le nôtre et qu’on ne passe plus notre vie d’artiste à se justifier perpétuellement", indique le duo à l'Obs.

Le groupe allemand a surtout fait les gros titres ces derniers mois en raison des accusations d'agressions sexuelles contre son leader, Till Lindenmann. Le groupe de rock métal allemand a annoncé en octobre les dates de ses futurs concerts avec notamment, un passage par l'Orange Vélodrome de Marseille le 8 juin 2024.

Article original publié sur BFMTV.com