Ramadan. Polémique en Algérie après les propos d’un imam sur les restrictions imposées aux mosquées

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

En quelques heures, un prêche religieux est devenu une affaire politique. En plein mois du ramadan, un imam algérien a été suspendu après sa critique du traitement imposé aux mosquées pour lutter contre le Covid-19. Dénonciation d’une injustice ou discours extrémiste ?

“Le verbe haut, la voix porteuse, quelque peu dépité”, le 15 avril, depuis sa mosquée sur les hauteurs d’Alger, cet imam a donné des airs de tribune politique à son prêche religieux, rapporte le quotidien algérien Liberté.

Après avoir été massivement relayée sur les réseaux sociaux, son intervention a été suivie d’une double polémique. En effet, ses critiques ouvertes ont été perçues comme un affront par le gouvernement, et ses propos teintés de sexisme ont suscité une levée de boucliers d’une partie de la société civile. L’imam a été suspendu de prêche par le ministère des Affaires religieuses. Simple volonté d’étouffement des critiques ou intransigeance face à des propos polémiques ?

À lire aussi: Fini de rire. Une chaîne algérienne se moque du roi Mohammed VI : le Maroc est scandalisé

À l’origine, ce sont les restrictions jugées “sélectives” dans la lutte contre le Covid-19 que critique l’homme. Pour cet “imam rebelle”, le traitement réservé aux fidèles dans les mosquées est injuste, relève l’Expression. En effet, en plein mois de ramadan, les espaces d’ablutions sont fermés, et d’autres conditions strictes sont à respecter pour se rendre sur ces lieux de culte. L’homme ne cache pas son exaspération et ironise :

Le comité scientifique a découvert que le virus corona est un virus musulman. Il n’est présent que dans les mosquées. Il ne va nulle part, à part les mosquées.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :