Publicité

Ramadan dans le football: Kombouaré explique sa gestion particulière au FC Nantes

Invité des Grandes Gueules du Sport sur RMC, samedi 30 mars, Antoine Kombouaré a été interrogé sur sa gestion du ramadan au FC Nantes. "Et même le carême, car j'ai appris que des gens le faisaient chez nous", a précisé l'entraîneur de 60 ans, qui défend son "franc-parler" et sa "façon de faire" sur ce sujet, mais aussi l'importance d'échanger avec des "gens responsables".

"Dans la semaine, on gère. Il n'y a aucun souci. On fait des petits-déjeuners, (ceux qui jeûnent) ne viennent pas. On fait des déjeuners, ils ne viennent pas. Quand on double les séances, ils ne font que la séance du matin. L'après-midi, ils sont en soin ou en repos. Mais ils ne doublent pas, parce que le ramadan c'est un mois et que c'est pénalisant pour eux sur la durée", explique Antoine Kombouaré dans un premier temps.

En jour de match, ceux qui jeûnent restent à la maison

Par contre, l'approche est différente pour les jours de match. L'ancien coach du Paris Saint-Germain ne veut faire jouer que ceux qui se sont alimentés et hydratés: "Je le dis, que je veux tout le monde ensemble. Pour être ensemble sur le terrain, ça passe par être ensemble pour manger le matin, au déjeuner et à la collation. Jusqu'à présent, tout le monde est d'accord. Mais c'est entre gens intelligents et responsables. Ceux qui ne veulent pas suivre cette règle, il n'y a pas de sanction. Par contre, ils restent à la maison. Ça fait 25 ans que j'entraîne, c'est arrivé une fois".

En 2023, lors du premier passage d'Antoine Kombouaré sur le banc de La Beaujoire, Jaouen Hadjam avait fait l'impasse sur une rencontre. "Ses convictions religieuses étaient importantes et je le conçois", commente l'entraîneur sans le citer. "On a fait une réunion avec sa mère, l'agent, le frangin... Tous lui ont dit de jouer, lui a dit non. Il s'est soustrait tout seul, on a respecté son choix", a-t-il ajouté.

"Mais je pense toujours, avec l'appui des médecins, que lorsque vous jouez à 17 ou 20 heures en ayant mangé et bu, vous êtes plus costaud et plus fort pour faire un match", a conclu Antoine Kombouaré.

Article original publié sur RMC Sport