Publicité

Le Ramadan 2024 débute ce lundi 11 mars, voici pourquoi il a fallu attendre la veille pour le savoir

Le Ramadan débute officiellement ce lundi 11 mars, mais pourquoi doit-on attendre la veille pour le savoir (Photo de la mosquée de Paris prise en 2022)
LUDOVIC MARIN / AFP Le Ramadan débute officiellement ce lundi 11 mars, mais pourquoi doit-on attendre la veille pour le savoir (Photo de la mosquée de Paris prise en 2022)

RAMADAN - C’est officiel : la date officielle du début du mois sacré du ramadan a été fixée à ce lundi 11 mars, a annoncé ce dimanche 10 mars la Grande mosquée de Paris (GMP) dans un communiqué.

Comme chaque année, la commission religieuse de la Grande mosquée de Paris s’est réunie pour observer les astres et en particulier la Lune, afin de déterminer quand commencera ce mois de jeûne et de prière qui concerne environ 5 millions de personnes en France.

« Nous prions notre Seigneur pour que ce mois béni apporte un cessez-le-feu immédiat et une paix juste et durable à Gaza », a déclaré son recteur, Chems-eddine Hafiz, cité dans le communiqué.

Cette date hautement symbolique du neuvième mois de l’année selon le calendrier islamique n’est pas la même d’une année à l’autre et ne peut être dévoilée avec certitude qu’à la dernière minute.

La « nuit du doute »

Et pour cause. Le calendrier islamique ou calendrier hégirien, est basé sur le cycle de la lune, contrairement au calendrier grégorien qui est solaire. Il correspond à 29 ou 30 jours par mois et l’année à 354 ou 355 jours. Ainsi, le début du ramadan est décalé chaque année de dix ou onze jours plus tôt.

La date correspond au lendemain du jour de l’apparition du nouveau croissant de lune. Aujourd’hui une incertitude persiste toujours jusqu’à la dernière minute car la méthode de détermination n’est pas la même pour toutes les institutions et tous les pays, souligne Libération.

Il y en a deux : la traditionnelle qui consiste à observer le nouveau croissant de lune à l’aide d’instruments astronomiques via des observatoires disséminés dans plusieurs pays musulmans. Ceux-ci veulent préserver cette coutume. La seconde, qui est de plus en plus utilisée, consiste à se fier aux calculs scientifiques pour prévoir l’évolution des astres.

Les pays qui veulent perpétuer la méthode d’observation des astres tiennent à conserver cette tradition d’observation appelée la « nuit du doute », fixée à l’avant-veille de la date supposée de début de ramadan, soit cette année, ce 10 mars.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre Israël - Hamas : avant le ramadan, les chances d’un accord de trêve à Gaza s’amenuisent

Guerre Israël - Hamas : avant le ramadan, les chances d’un accord de trêve à Gaza s’amenuisent