La Rafle du Vel d’Hiv, la honte et les larmes (France 3) : Les rescapés racontent l’horreur

© Mémorial de la Shoah

UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ

Les 16 et 17 juillet 1942, à la suite d’un arrangement criminel entre le régime de Vichy et l’occupant, le chef du gouvernement, Pierre Laval, avec l’accord du maréchal Pétain, ordonne l’arrestation des Juifs de Paris et de sa banlieue, en vue de les faire assassiner par les nazis. Pour des raisons logistiques, les Allemands ne voulaient pas d’enfants. Laval insista. 12884 Juifs, dont plus de 4000 enfants, sont arrêtés. Les familles sont internées au Vélodrome d’Hiver. Une petite centaine de personnes survivront aux camps de la mort.

LA POLICE FRANÇAISE COMPLICE

La veille, de rares policiers préviennent les habitants. Quelques-uns aideront des Juifs. Une rescapée se souvient d’un inspecteur venu l’informer : "Je reviens vous arrêter dans un quart d’heure." D’autres évoquent des gendarmes tournant le dos pour les laisser fuir. La majorité obéira aux ordres criminels. Pas un nazi à l’horizon. Bien des Parisiens seront choqués, contrairement aux prévisions. Les images de la rafle seront censurées : un seul cliché de l’événement existe.

À lire également

La Rafle (6Ter) Mélanie Laurent : "C’est le film le plus chargé en émotion que j’ai jamais tourné"

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles