Dans les raffineries, la grève se durcit avant les motions de censure

LOIC VENANCE / AFP

Depuis l’annonce du 49-3 sur les retraites, plusieurs sites sont à l’arrêt. La question des pénuries de carburant pourrait finir par se poser.

RAFFINERIES - L’usage du 49.3 va-t-il mettre la France à court de carburant ? L’annonce samedi par la CGT de la mise à l’arrêt de la plus grande raffinerie de France, le site TotalEnergies de Gonfreville-L’Orcher en Seine-Maritime, marque un durcissement dans le conflit contre la réforme des retraites.

Cela faisait plusieurs semaines que les syndicats du raffinage proposaient aux grévistes l’arrêt pur et simple de leur outil de travail. Mais si les sept raffineries de France ont procédé depuis janvier, à de nombreuses reprises, à la suspension des expéditions des carburants qui y sont produits, depuis le début du conflit leurs salariés ne voulaient pas franchir ce cap, l’arrêt de ces immenses installations industrielles, et leur redémarrage, étant très lourd.

Jusqu’à vendredi, au lendemain du passage en force du gouvernement au Parlement. « Les unités s’arrêtent depuis hier soir », a déclaré samedi à l’AFP le secrétaire général CGT de la raffinerie, Alexis Antonioli. Cette mise à l’arrêt prendra plusieurs jours et ne devrait pas provoquer de pénuries de carburant immédiates dans les stations-service.

La France compte 200 dépôts pétroliers et les pétroliers ont anticipé pour éviter la pénurie géante d’octobre dernier, causée par un conflit sur les salaires chez TotalEnergies et Esso.

À ce stade, la situation dans les stations est qualifiée de « bonne » par Francis Pousse, président du syndicat professionnel Mobilians qui représente 5 800 d’entre elles. Selon lui, environ 6 % des stations-service manquent d’un ou plusieurs produits sur l’ensemble du territoire.

  

Les expéditions bloquées à Gonfreville-L’Orcher

« Je ne crois pas à une dégradation rapide », a ajouté Francis Pousse, qui souligne que les dépôts de carburants hors raffineries présentent « des niveaux de stocks corrects ».

Le ministre de l’Industrie Roland Lescure a toutefois d’ores et déjà laissé entendre samedi que le gouvernement pourrait procéder à des réquisitions, comme cela s’était produit à l’automne et comme le gouvernement le fait actuellement à Paris pour les éboueurs.

À Gonfreville-L’Orcher, près du Havre, les grévistes bloquent complètement les expéditions de carburants depuis jeudi après-midi. Les stocks sur le site étaient donc pleins samedi. Dans ce cas, la direction de la raffinerie n’a in fine pas d’autre choix que d’arrêter la production concernée.

« Les expéditions sont bloquées côté raffinage, ce qui induit un fonctionnement différent sur les très nombreuses unités de production », a indiqué la direction du groupe, jointe par l’AFP.

« Notre priorité est de maintenir la sécurité, ce qui nous conduit à mettre certaines unités en recirculation préférentiellement ou à en arrêter certaines si nécessaire pour garantir la gestion des stocks », a ajouté la société qui affirme que « d’autres unités de la plateforme restent en exploitation normale et assurent leur production ».

Cela pourrait ne pas durer, à en croire Éric Sellini, coordinateur syndical CGT pour le groupe, qui précise que « les opérations (d’arrêt) sont programmées jusqu’à lundi soir ».

La raffinerie de Lavera à l’arrêt lundi ?

Il y a six raffineries conventionnelles en France (et une bioraffinerie). L’une est à l’arrêt pour raisons techniques (TotalEnergies à Donges), deux sont à débit réduit (TotalEnergies à Feyzin, près de Lyon ; Esso-ExxonMobil à Fos-sur-Mer). Celle de TotalEnergies en Normandie est donc en train d’être arrêtée.

Les deux dernières raffineries conventionnelles pourraient, selon Éric Sellini, suivre : la raffinerie PétroIneos de Lavéra (Bouches-du-Rhône), dont la CGT a prédit vendredi la mise à l’arrêt pour lundi après-midi « au plus tard » ; et celle d’Esso-ExxonMobil à Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime) pourrait être mise à l’arrêt lundi ou mardi, faute de pétrole brut à raffiner, en raison d’une grève au dépôt pétrolier du Havre.

« Les livraisons de carburant sont suspendues pour au moins 24h » à la raffinerie, a déclaré le secrétaire général CGT d’ExxonMobil Germinal Lancelin. « L’arrêt complet n’est pas encore programmé, la raffinerie tourne toujours au ralenti car nous ne sommes plus livrés en pétrole brut », a-t-il cependant nuancé.

Si TotalEnergies fait état d’un taux de grévistes moyen en baisse dans ses raffineries, à 37 % parmi les opérateurs du matin samedi, cette volonté de durcir la mobilisation intervient dans un contexte tendu, puisque la production à Donges (Loire-Atlantique) est déjà à l’arrêt pour un problème technique sans lien avec le conflit.

Il y a aussi en France la bioraffinerie TotalEnergies de La Mède, près de Marseille, dont le dépôt d’importation est bloqué.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost :

Réforme des retraites : de nouveaux rassemblements dans plusieurs villes ce samedi

À Paris, la réquisition de camions-poubelles commence tout juste à se faire sentir

VIDÉO - Grève des enseignants: "Il faut que les épreuves du bac se passent le mieux possible", estime Philippe Martinez