Racket en bande organisée au bois de Boulogne

Par Aziz Zemouri
·1 min de lecture
Vue du bois de Boulogne.
Vue du bois de Boulogne.

Les policiers de la Compagnie de sécurisation de Paris (CSI 75) et de la brigade des enquêtes d'initiatives (BEI) du commissariat du 16e arrondissement sont parvenus à mettre hors d'état de nuire un réseau de voleurs et de receleurs actifs sur le secteur du bois de Boulogne. L'enquête a duré plusieurs mois. Il faut dire que les plaignants ? des clients des prostitués ? sont rares, malgré au moins 66 faits d'extorsions reconnus par certains des auteurs.

Après 72 heures de garde à vue, les sept mis en cause ont été déférés vendredi et présentés à un juge d'instruction parisien. Tous ont été mis en examen : cinq ont été écroués ce week-end et deux placés sous contrôle judiciaire.

Les agressions progressent

Le bois de Boulogne connaît depuis plusieurs années une insécurité grandissante. Selon un décompte de l'AFP, diffusé après l'assassinat de Vanesa Campos en 2018, près d'une dizaine de prostitués ont trouvé la mort au bois de Boulogne depuis 2013. Les agressions de clients ou présumés tels, les vols dans les véhicules en stationnement sont persistants. Les agresseurs comptent sur le silence de leurs victimes, et la législation qui « criminalise » le recours à la prostitution peut avoir un effet désinhibiteur sur les délinquants du bois de Boulogne. Comme lors du meurtre de Vanesa Campos, l'équipe mise hors d'état de nuire par la police est constituée en partie d'immigrés clandestins originaires du Moyen-Orient.

Après avoir identifié et logé les principaux auteur [...] Lire la suite