Publicité

"Raciste et sexiste": à Biarritz, le quartier de la Négresse va-t-il être rebaptisé?

Une dénomination au centre de toutes les polémiques. Ce jeudi, le tribunal administratif de Pau doit se pencher sur le recours déposé par l'association bordelaise "Mémoires et Partages" concernant le changement nom d'un quartier de la ville de Biarritz: la Négresse.

Comme le rappelle cette dernière, ce nom "raciste et sexiste" a été donné au cours du XIXe siècle par des soldats napoléoniens en raison d'une esclave noire qui travaillait alors dans une auberge du quartier.

Deux délibérations attaquées

C'est en 1861, par une délibération municipale, que le quartier est officiellement rebaptisé ainsi. Plus d'un siècle plus tard, en 1986, une seconde délibération municipale attribue le terme à une rue du quartier. "Ce sont ces deux délibérations que nous attaquons", explique Karfa Diallo, président de l’association, auprès du Figaro.

"C’est une insulte et une appellation raciste et infâme. Que ce quartier reprenne son nom ancien basque", explique à BFMTV, Galéry Gourret-Houssein, militant favorable au changement de nom. Auparavant, le quartier était nommé Harausta, soit "endroit poussiéreux" en Basque.

En 2015, l'affaire avait pris une dimension nationale lorsque le président d'honneur de la Licra, Alain Jakubowicz, avait publié un message sur Twitter dénonçant une banderole faisant la promotion des "Fêtes de la Negresse" dans le quartier. Sur cette dernière figurait une représentation raciste et pleine de clichés d'une femme noire.

"Ça fait partie de l’identité du quartier"

Dans les rues du quartier, les avis sont partagés. Pour de nombreux locaux, ce nom est désormais vidé de toute substance raciste et n'a pas pour but d'insulter une minorité.

"Ce n’est pas du tout péjoratif, c’est un nom qui est devenu commun pour tous les Biarrots. Ce n’est pas du tout contre une race ou quoi que ce soit." "Ça fait partie de l’identité du quartier. Le quartier la Négresse c’est comme ça depuis des années, pourquoi le changer aujourd’hui?", arguent-ils auprès de BFMTV.

Auprès de notre caméra, d'autres, minoritaires, ont conscience du caractère choquant de cette appellation. "C’est clairement raciste, péjoratif, rétrograde", assure un Biarrot.

En 2020, la maire de Biarritz, Maider Arosteguy, avait refusé le changement de nom, pointant la volonté de "gens qui n'habitent pas ici." "En 2013, une consultation des habitants avait tranché pour garder ce nom", ajoutait-elle dans les colonnes de Sud-Ouest.

"Les Biarrots ne sont pas racistes, estime Karfa Diallo. Ils se sont accoutumés à cet héritage historique et ont l’impression qu’on attaque leurs traditions", reprend Karfa Diallo dans les colonnes du Figaro.

Comme le rappelle l'association, plusieurs sites où figurait ce terme ont pourtant déjà été rebaptisés. "L’arrêt de bus Biarritz–La Négresse est devenu en 2018 l’arrêt Viaduc – Gare de Biarritz; la pharmacie de La Négresse a retiré le mot de sa devanture en 2021", apprend-on. Ces derniers jours, des panneaux de signalisation mentionnant le quartier auraient également été retirés des voies de circulation locale.

Article original publié sur BFMTV.com