Publicité

Racisme à Buckingham: la version néerlandaise d'un livre sur la famille royale retirée en catastrophe

Panique aux Pays-Bas. La version néerlandaise de Endgame, d'Omid Scobie, à paraître en France le 1er décembre sous le titre Fin de règne, sur les "derniers scandales" de la famille royale britannique, a été retirée des librairies en catastrophe.

Le nom des deux membres de la famille royale désignées comme "racistes" aurait été dévoilé en raison d'une "erreur de traduction".

"'Fin de règne' doit être temporairement retiré de la vente, déclare l'éditeur néerlandais sur instruction de son agent aux États-Unis. Un certain nombre de passages ont fait l'objet de discussions et pourraient ne pas avoir été correctement reproduits. Cela semble concerner (entre autres) le passage concernant le commentaire de Charles sur la couleur de peau Archie", précise le chroniqueur royal néerlandais Rick Evers sur X, ex-Twitter.

Omid Scobie s'est pourtant défendu d'avoir divulgué les noms. Ils ne figurent pas non plus dans la version française. Voici l'extrait en question, qui se concluait par cette phrase: "En réalité ces lettres à caractère privé comprenaient deux noms que je n'ai pas le droit de divulguer".

Ce passage fait référence à l'interview que Meghan et Harry ont accordée à Oprah Winfrey en mars 2021. Ils y expliquaient notamment que plusieurs membres de la famille royale s'étaient inquiétés de la couleur de peau qu'aurait leur enfant à naître, Archie. Ni Meghan ni Harry n'avaient précisé de qui il s'agissait. L'affaire avait fait grand bruit, à tel point que la reine Elizabeth II avait dû émettre un communiqué. "Les questions soulevées, en particulier celles liées à la race, sont préoccupantes. Bien que certains souvenirs puissent varier, elles sont prises très au sérieux et seront traitées par la famille en privé", avait indiqué Buckingham.

Après cette interview, le prince Charles et Meghan avaient échangé des lettres à ce sujet. Charles tenait, selon Omid Scobie, à clarifier le fait qu'il n'y avait "aucune malveillance ni aucun préjugé" de la part des personnes qui avaient évoqué cette question. Meghan Markle était, elle préoccupée de "la façon dont ces conversations ont eu lieu" et "leur ton". « Je ne sais pas s’ils ont fini par se mettre d’accord, mais on avait au moins le sentiment que chacun avait été entendu. »

Article original publié sur BFMTV.com