Publicité

Rachida Dati : ce petit coup bas de sa prédécesseur au ministère de la Culture au moment de la passation

Deux jours après que Gabriel Attal ait été nommé Premier ministre, son gouvernement a été dévoilé. Si certains ministres ont gardé leur ministère comme Bruno Le Maire ou Gérald Darmanin, d'autres ont fait leur arrivée, dont certaines surprises. C'est notamment le cas de Rachida Dati qui a été nommée ministre de la Culture. La maire du 7ème arrondissement de Paris a ainsi succédé à Rima Abdul Malak. Le 12 janvier 2024 a eu lieu la passation de pouvoir entre les deux femmes politiques. "Je suis très fière et très émue d'avoir été nommée ministre de la Culture. Je sais personnellement ce que je dois à la culture française", a-t-elle affirmé, même si elle a reconnu que "(sa) nomination puisse surprendre". "Chacun sait que j'aime me battre, n'ayez pas peur, je serai là pour défendre l'exception culturelle (française)", a-t-elle ajouté. Si les deux femmes avaient le sourire lors de la passation de pouvoir, en coulisses tout n'aurait pas été tout rose. C'est ce que l'on découvre en lisant les colonnes de Paris Match. Rima Abdul Malak n'aurait pas rendu les conditions de travail très favorables à celle qui a pris sa place. Si les lieux du bureau sont magnifiques, Rachida Dati aurait été choquée par "la nudité de la pièce".

"La ministre qui est partie ne lui a rien laissé"

"On dirait un appartement témoin. Rien n'y traîne, pas un dossier. Sur la table bleue dessinée par Paulin, c'est le vide. La ministre qui est partie ne lui a rien (...)

Lire la suite sur Closer

“J’essaie de faire attention maintenant” : les rares confidences de Christophe Dechavanne sur les femmes qu’il a aimées
“Très compliqué mais…” : Jean-Pierre Castaldi se livre sur ses liens forts avec son ex-belle fille Flavie Flament
Kate Middleton : pourquoi le séjour à l’hôpital de la princesse de Galles va durer aussi longtemps
Nicholas Rossi : usurpateur et malade imaginaire, il va enfin être jugé pour viol après une cavale surréaliste
TÉMOIGNAGE. “Je ne peux pas m’empêcher de mettre des bas résille pour faire l’amour, ma petite amie déchante”