Publicité

Rachida Dati dans l’émission de rap « DVM Show » sur Twitch : Jordan Bardella et Éric Zemmour s’indignent

Jordan Bardella (à gauche) et Éric Zemmour (à droite) s’indignent de la présence de Rachida Dati dans l’émission « DVM show » sur Twitch.
Jordan Bardella (à gauche) et Éric Zemmour (à droite) s’indignent de la présence de Rachida Dati dans l’émission « DVM show » sur Twitch.

POLITIQUE - « Rachida Dati doit s’expliquer ». Le président du RN Jordan Bardella est monté au créneau sur X (ex-Twitter) ce mardi 13 février et exige de la ministre de la Culture des explications. En cause : sa présence lundi dans l’émission de rap à succès le « DVM Show », diffusée sur Twitch. Entourée des chanteurs Dadju et Tayc, elle a dit se sentir « comme à la maison ».

Si la séquence a beaucoup fait réagir et amusé les internautes, elle a moins plu à Jordan Bardella qui dénonce une « émission qui fait la promotion permanente du deal, repaire d’un rappeur antisémite sous le coup d’une enquête pour apologie du terrorisme après avoir, il y a quelques jours, glorifié l’attentat de Nice ».

L’eurodéputé fait ici référence à Freeze Corleone, ayant déjà participé au « DVM show ». L’artiste est en effet visé par une enquête préliminaire après avoir fait implicitement référence à l’attentat du 14 juillet 2016 dans son titre Haaland.

L’un des créateurs de l’émission se défend

« C’était donc ça le virage à droite du gouvernement ? », se demande quant à lui le président de Reconquête Éric Zemmour, jugeant que le ministère de la Culture est « intrinsèquement de gauche ». Il demande même la suppression de ce dernier et la création d’un « véritable ministère des Beaux-Arts et du patrimoine français ».

Face aux critiques, les animateurs de l’émission ont justifié leur choix de faire venir l’ancienne ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy. « C’est la ministre de la Culture, elle demande à venir, on va pas dire non », a expliqué l’un des créateurs de l’émission, Medja, dans une vidéo. « Elle est la bienvenue, elle revient quand elle veut », a-t-il ajouté.

À voir également sur Le HuffPost :

Européennes : Julien Denormandie refuse de mener le camp Macron, le flou s’épaissit autour de la tête de liste