Publicité

Rachid M'Barki écarté de BFMTV et accusé de "corruption passive" : le journaliste "en larmes" passe aux aveux

Rachid M'Barki a été écarté de BFMTV en février 2023 après des soupçons de diffusion de séquences sur des pays étrangers non validées par sa hiérarchie. Le journaliste a été mis en examen au mois de décembre et aurait à ce moment-là, tout avoué.

Au mois de janvier 2023, une enquête interne a été ouverte à BFMTV visant leur présentateur historique Rachid M'Barki, à l'antenne depuis 2005. Le journaliste est soupçonné d'avoir diffusé des informations "non validées" dans son journal du soir, sous l'influence d'un "réseau occulte qui mène des opérations de désinformation et de manipulation de l'opinion au profit d'États et clients étrangers". Les sujets mis en avant par Rachid M'Barki concernaient notamment les oligarques russes, le Qatar, le Soudan, le Cameroun, ou encore le Sahara occidental.

Durant les investigations, il a été suspendu de la chaîne et, le 8 décembre dernier, il était mis en examen pour "corruption passive" et "abus de confiance". D'après les informations du Parisien parues ce 19 janvier, Rachid M'Barki est passé aux aveux face aux enquêteurs et a reconnu avoir été "rétribué pour diffuser des sujets orientés dans ses journaux sur BFMTV". "Il m'est arrivé de recevoir des sommes d'argent. Oui, je reconnais les faits de corruption passive", a-t-il admis, estimant avoir perçu entre 6 000 et 8 000 euros en espèces. Des sommes jugées faibles pour les enquêteurs, au vu des risques encourus. De quoi les faire se demander s'il n'évaluerait pas à la baisse ses rémunérations...

On apprend également que l'enquête a recueilli plusieurs preuves compromettantes contre le journaliste, dont un audit interne à BFMTV qui identifiait "au moins 13 sujets problématiques...

Lire la suite


À lire aussi

Rachid M'Barki : Le journaliste licencié par BFMTV mis en examen
Benjamin Duhamel, un "fils de" accusé d'être pistonné : le journaliste aux célèbres parents explique sa promotion chez BFMTV
Cauet accusé de viols : son avocat réagit en direct sur BFMTV, il dénonce "des fausses accusations"