Rachat du Lido : la fronde du célèbre cabaret face au risque de fermeture

La danseuse Victoria sur la scène du cabaret du Lido à Paris, le 10 septembre 2019.
 
La danseuse Victoria sur la scène du cabaret du Lido à Paris, le 10 septembre 2019.

Ils sont prêts à voler dans les plumes du Lido. Désemparés après l'annonce « brutale » d'un plan de transformation assorti de nombreuses suppressions de postes, les employés du prestigieux cabaret parisien veulent organiser la résistance. « On nous a bien passé la pommade, on y a cru », reconnaît Laura Bonucci, couturière depuis 33 ans dans l'établissement. « Mais on va se battre », prévient-elle, mardi 17 mai, lors d'un rassemblement devant le rideau baissé du cabaret.

Jeudi dernier, la direction du Lido, repris à Sodexo par le géant hôtelier Accor, a surpris tout le monde en annonçant sa volonté de transformer prochainement le cabaret en salle de spectacles musicaux. La tradition de la revue à plumes, la troupe permanente et le dîner-spectacle dans ce mythique lieu des nuits parisiennes créé en 1946 par la famille Clérico s'apprêtent ainsi à passer à la trappe et les descendantes des Bluebell Girls, ces danseuses vêtues de plumes aux jambes interminables qui ont fait la renommée du lieu, sont priées d'aller se rhabiller.

À LIRE AUSSICovid-19 : les danseurs professionnels dans l'incertitude

Ex-directeur du Théâtre du Châtelet, Jean-Luc Choplin s'est vu confier la direction de ce Lido nouvelle version déplumée. Une pétition sur la plateforme Change.org a déjà recueilli plus de 8 500 signatures. D'après Le Parisien, le cabaret restera ouvert trois soirs par semaine, d'ici au bouclage du plan de sauvegarde.

« C'est brutal, on ne s'y attendait pas du tout »

Le pro [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles