Le rôle de notre horloge interne

Pixabay.com

24 heures. C’est le cycle que notre horloge centrale, située dans le cerveau, impose à notre organisme. Presque toutes nos fonctions biologiques sont soumises à ce rythme.

Entretien avec Hélène Duez, chercheuse sur l’horloge biologique et le métabolisme, Inserm/Institut Pasteur de Lille/université de Lille.

Ca m'intéresse : Les rythmes biologiques jouent-ils sur notre métabolisme, ces réactions de transformation de la matière (glucides, protéines…) qui libèrent ou utilisent de l’énergie ?

Hélène Duez : Oui, nous alternons des périodes de jeûne et de prise alimentaire selon un rythme circadien [rythme biologique du corps humain d’une durée de vingt-quatre heures environ, ndlr]. Longtemps, les scientifiques ont cru que le métabolisme se régulait uniquement de manière réactionnelle. Les sucres ingérés au petit déjeuner augmentent le taux de glucose dans le sang, ce qui libère l’insuline fabriquée par le pancréas, une hormone chargée de stimuler l’usage et le stockage du glucose pour faire chuter la glycémie. C’est exact, mais l’horloge biologique intervient, elle aussi, par anticipation. En fin de nuit, en plein jeûne, le foie synthétise du glucose et le déverse dans le sang pour nourrir le cerveau. Grâce à l’horloge interne, il arrête d’en fabriquer avant le réveil. Sans cela, au début du petit déjeuner, le sang en recevrait en même temps du foie et du tube digestif, et cet excès de sucre abîmerait alors les vaisseaux.

Comment l’horloge biologique agit-elle sur nos cellules ? (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pollakiurie : voici pourquoi vous avez toujours envie de faire pipi
Covid : le chien viverrin pourrait être à l'origine de la pandémie
Grâce à une découverte récente, des scientifiques pourraient bien éradiquer les piqûres de moustiques
Leucémie : un médicament expérimental sauve la vie de patients en phase terminale
Literie : comment réussir le choix de son matelas ?