Publicité

Le Rêve de Léonard : les secrets du vol dans la nature (France 3) - Comment les scientifiques ont décrypté l’art de voler

LA BIO-INSPIRATION

Au XVe siècle, Léonard de Vinci pose les bases de ce que l’on appellera plus tard l’aérodynamique, grâce au principe de la bio-inspiration. Il s’intéresse notamment au profilage des ailes d’oiseaux. Au feuillet 1051 de son Codex Atlanticus, fantastique recueil de dessins et de notes, il invite aussi les curieux à observer les libellules, pour décrypter la mécanique du vol. Un conseil avisé, quand le monde scientifique explique aujourd’hui que les premières espèces à avoir conquis le ciel auraient été… des libellules géantes.

À lire également

Laissez-vous guider (France 2) - Stéphane Bern et Lorànt Deutsch sur les traces des Mousquetaires

UN RÊVE INACHEVÉ

Au musée Leonardo3, à Milan, le visiteur peut s’extasier sur les reconstitutions de machines imaginées par le peintre italien. Le conservateur du lieu, Edoardo Zanon, a beau être fasciné par les travaux du génie, il se rend à l’évidence : « Malheureusement, il faut reconnaître qu’aucune des machines de Léonard n’était capable de voler. Le problème, c’est qu’il avait des intuitions brillantes, mais il n’avait pas compris toute la magie et les secrets du vol. »

LE “MORPHING”

Comme Léonard de Vinci, nos contemporains observent la nature pour concevoir un prototype mécanique. Leur modèle ? La chauve-souris. Grâce à ses ailes aux membranes déformables, cet animal est doté d’une incroyable agilité, lui permettant toutes sortes d’acrobaties et de pirouettes en un temps record. Élément central de ces performances aérodynamiques, le morphing est une piste largement étudiée aujourd’hui, pour construire l’avion du futur. Le but étant de réduire les effets de la traînée, autrement dit la résistance que l’air oppose au déplacement de l’appareil, grâce à une déformation de l’aile. « L’objectif, c’est de réduire de 5 à 10 % la consommation de carburant sur un vol commercial », explique Laura Montironi, ingénieure aéronautique chez Airbus. Alors, ne vous affolez pas si, dans quelque temps, vous voyez l’aile de votre avion se plier… Bio-inspiration et morphing sont passés par-là.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi