Révocation du droit à l'IVG : Ben Harper compte quitter les États-Unis et s'installer en France

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Ben Harper sur scène - SEBASTIEN BOZON / AFP
Ben Harper sur scène - SEBASTIEN BOZON / AFP

En raison d'un climat politique trop "toxique", la chanteur annonce sa décision de quitter son pays d'origine.

Les États-Unis, c'est fini. Le chanteur californien Ben Harper a décidé de quitter son pays d'origine et de poser prochainement ses valises en France avec son épouse et leurs deux enfants. Une décision qu'il expose dans les colonnes de Libération, en invoquant un climat politique devenu trop "toxique" en Amérique, auquel s'ajoute la révocation récente du droit à l'avortement.

"Je donne mon dernier concert (aux États-Unis) en août et après je ne rentrerai pas", déclare celui qui sort ce vendredi son 18e album, Bloodline Maintenance. Il compte trouver une maison avec sa femme, l'actrice et productrice Jaclyn Matfus, "peut-être à Toulouse, à Bordeaux, ou ici à Paris." Il développe:

"Je ne peux plus rentrer aux États-Unis. Ce pays revient en arrière, ce n'est plus possible. C'est très déprimant, une tristesse monumentale, je n’aime pas vraiment en parler. La décision de revenir sur le droit à l’avortement est un retour en arrière. Il y a ça, il y a le racisme, il y a les armes… Tout cela est devenu trop toxique pour moi."

Douche froide pour les droits des femmes

Le 24 juin dernier, la Cour suprême américaine a abrogé l'arrêt Roe v. Wade qui garantissait l'accès à l'avortement sur tout le territoire des États-Unis depuis 1973. Désormais, chaque État est libre de l'interdire au sein de ses frontières.

Cette mesure ultra-conservatrice intervient dans un climat américain déjà tendu. Le meurtre de l'Afro-américain George Floyd en 2020, tué par un policier blanc, a remis la question du racisme au coeur du débat public. La société américaine se divise également sur la question des armes à feu, à l'heure où les fusillades se multiplient.

"C’est dur pour moi, parce que j’ai des racines bien ancrées, il y a encore le magasin familial, il y a ma mère, des amis… Mais c’est le moment de partir", conclut le chanteur.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Ben Harper installé en France : pourquoi il ne peut plus retourner aux États-Unis

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles