Un réseau de prostituées colombiennes démantelé à Nice

C.M.
·2 min de lecture

La police a interpellé un couple franco-brésilien, soupçonné d'être lié à une centrale proxénète basée en Espagne.

Un couple franco-brésilien d'Avignon, soupçonné d'avoir livré à la prostitution une trentaine de jeunes Colombiennes attirées par une promesse d'emploi en Espagne, a été interpellé et une information judiciaire a été ouverte à Nice, a appris l'AFP de source policière mercredi.

Ce couple, interpellé ces derniers jours à son domicile et soupçonné d'être lié à une centrale proxénète basée en Espagne, publiait des petites annonces pour des prestations sexuelles sur la Côte d'Azur, dans la région parisienne ou bordelaise, selon la même source.

"Ils créaient les annonces et se chargeaient de toute la logistique, la réservation à l'hôtel ou en appartement loué sur Airbnb, et des liens avec les clients. C'était uniquement des Colombiennes, et cela laissait supposer l'existence d'un réseau", a-t-on précisé de source proche de l'enquête.

Du matériel informatique a été saisi chez eux en Avignon ainsi que des cartes prépayées sur lesquelles les victimes colombiennes devaient reverser 50% de leurs gains. Plafonnées à 10.000 euros, ces cartes sans compte bancaire peuvent être alimentées en tout anonymat par des coupons qui s'achètent en bureau de tabac, comme des timbres.

Une victime entendue par la police

L'une des victimes colombiennes, basée à Antibes, a été entendue par la police française. Elle a raconté qu'on lui avait fait miroiter un emploi dans une maison de retraite. Une fois en Espagne, on lui a présenté la facture de son voyage à rembourser en se prostituant.

Lui, de nationalité française et connu pour des faits de délinquance dans sa jeunesse, a nié les faits. Elle, de nationalité brésilienne et ancienne prostituée selon l'enquête, les a minimisé.

Les policiers estiment que leur activité de proxénétisme présumé leur rapportait jusqu'à 40.000 euros par an. Leurs deux enfants ont été placés.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :