Régionales: Nicolas Dupont-Aignan écarte toute alliance en Île-de-France

F.R.
·2 min de lecture
Nicolas Dupont-Aignan le 26 janvier 2021 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Nicolas Dupont-Aignan le 26 janvier 2021 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a écarté toute alliance en vue des régionales en Île-de-France, ce mercredi en présentant la liste de son parti pour le scrutin de juin, dont l'objectif principal est de faire baisser l'insécurité dans les transports en commun.

"Notre objectif n'est pas de faire des alliances avec X ou Y, notre objectif, c'est qu'il y ait un groupe de pression d'élus qui représentent la population de la région Île-de-France", et qui soit "indépendant des querelles politiciennes", a affirmé le président du parti souverainiste.

Deux membres des forces de l'ordre dans chaque rame

"Certains de nos concurrents considèrent ces élections comme une vitrine pour la présidentielle, nous ce n'est pas le cas", a ajouté le député de l'Essonne. Lui-même étant de nouveau candidat en 2022, c'est son proche collaborateur Alexis Villepelet, porte-parole du parti, qui sera la tête de liste Debout la France en juin. "J'estime que l'on ne peut pas être candidat à deux élections à la fois", a-t-il expliqué.

La liste de Debout la France, nommée "La révolution du bon sens", entend proposer des mesures "fiables et cohérentes" pour permettre aux Franciliens, qui "travaillent dur et qui "prennent chaque jour leur voiture ou les transports", de mieux vivre en Ile-de-France.

Parmi les mesures phares, Alexis Villepelet a annoncé vouloir réduire l'insécurité dans les transports, en garantissant la présence de deux membres des forces de l'ordre dans "chaque rame" de TER, RER, Tramway et de métro.

Selon le député, en plus de réduire l'insécurité, cette mesure serait "peut-être la meilleure mesure qui soit pour réduire la pollution automobile".

Rouvrir l'hôpital du Val-de-Grâce

Autre proposition: la mise en place d'un plan "piscine à un euro". Alexis Villepelet a également annoncé vouloir soutenir les automobilistes et les habitants de la "grande couronne", considérés par Debout la France comme "les grands oubliés du Grand Paris", en faisant "sauter les bouchons" sur le périphérique, grâce à l'investissement d'un milliard d'euros par an dans les aménagements nécessaires à la décongestion du trafic.

Sur le volet sanitaire, Debout la France souhaite "s'opposer à la fermeture des hôpitaux", rouvrir l'hôpital du Val-de-Grâce, et offrir une consultation médicale obligatoire pour tous les lycéens de la région.

Valérie Pécresse, présidente sortante d'Île-de-France, est la favorite des sondages pour les régionales, suivie de Jordan Bardella, tête de liste du RN.

Article original publié sur BFMTV.com