Réforme des retraites: Marine Le Pen pointe "une profonde injustice" pour les carrières longues

La présidente du groupe Rassemblement national à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen, le lundi 23 janvier sur BFMTV et RMC. - BFMTV
La présidente du groupe Rassemblement national à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen, le lundi 23 janvier sur BFMTV et RMC. - BFMTV

"Elle est horriblement brutale". Au micro de BFMTV-RMC, Marine Le Pen a tancé la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Celle-ci prévoit notamment le report de l'âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

Si le gouvernement met en avant la présence des dispositifs de carrières longues, des personnes qui commencent à cotiser entre 18 et 20 ans pourraient le faire pendant 44 ans et non 43, comme cela est prévu par l'accélération de la réforme Touraine souhaitée par l'exécutif. En cause: les 5 trimestres de cotisation nécessaires pour être compris dans ces dispositifs de carrières longues.

"Plus on travaille tôt, plus on travaille dur, plus on doit partir tôt", répond Marine Le Pen.

La présidente des députés Rassemblement national ajoute que "ceux qui sont entrés (sur le marché du travail) avant 20 ans doivent partir, s’ils le souhaitent à 60 ans."

Selon la cheffe des députés du Rassemblement national (RN), cette réforme "incite les jeunes à partir tard sur le marché du travail". Vous entrez à 20 ans, vous allez cotiser 44 ans", alors que si "vous rentrez à 25 ans après avoir fait des études supérieures et être partis deux ans en stage à Singapour, vous cotiserez 42 ans", fustige-t-elle. Et d'ajouter: "C’est profondément injuste."

Lors de la campagne de 2022, Marine Le Pen a défendu le retour à la retraite à 60 ans pour les personnes entrées dans la vie active entre 17 et 20 ans. Pour les Français entrés dans la vie active entre 20 ans et 24 ans, l'ex-candidate envisageait une retraite à taux plein entre 40 et 42 années de cotisation.

Pour ceux commençant à travailler à partir de 25 ans, son projet présidentiel prévoyait au minimum 42 années de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein sans décote.

Article original publié sur BFMTV.com