Publicité

Réforme des retraites: l'article sur les carrières longues adopté au Sénat

Olivier Dussopt au Sénat le 2 mars 2023 - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Les sénateurs ont voté en faveur du dispositif gouvernemental sur les carrières longues.

Après le recul de l'âge de départ à la retraite à 64 ans, c'est au tour de l'article 8 sur les carrières longues d'être adopté par les sénateurs avec 245 voix pour et 94 contre.

Très contestée, cette partie du projet de loi avait suscité de vives critiques à l'Assemblée nationale mais beaucoup moins agitée le Sénat. Certaines personnes qui ont commencé à travailler tôt pourraient, selon leur cas, devoir travailler 44 ans au lieu des 43 ans fixés par le projet de loi.

Le flou demeure sur les carrières longues

La Première ministre avait fait une concession sur le dispositif des carrières longues le 16 février dernier lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale en annonçant que les personnes qui ont commencé à travailler à 17 ans pourraient partir à la retraite après 43 annuités.

Mais l’amendement du gouvernement, déposé dans la foulée, ne faisait pas mention de la nouvelle borne d’âge de 17 ans mais de celle de 21 ans. Les personnes qui ont commencé à travailler à 16 ou à 18 ans devraient toujours devoir cotiser 44 ans.

Lors du dernier jour de séance au Palais-Bourbon, Olivier Dussopt avait annoncé finalement reprendre pour le compte du gouvernement l'amendement du député LR Aurélien Pradié qui défendait les 43 annuités pour toutes les carrières longues. Relancé à plusieurs reprises par les oppositions, le ministre du Travail avait cependant refusé de préciser les contours des évolutions.

Cap sur la surcote des mères de famille

L'impact de la réforme sur la pension des femmes a longuement occupé les débats pendant l'examen sur l'article 8. Pour compenser les carrières hachées des femmes liées à la maternité, le Sénat a mis sa patte sur la réforme. Un amendement qui dépend de l'article 8 a été adoptée pour permettre une surcote de pension aux femmes mères d'au moins un enfant qui ont une carrière complète entre 63 et 64 ans.

Elles pourront avoir une pension majorée de 1,25% par trimestre dans la limite de 5%. Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR, en avait fait "une ligne rouge" pour obliger le gouvernement à se positionner en faveur de cette disposition.

Avant la réforme, les femmes partant à l'âge légal de départ de 62 ans avaient 1,25% de plus de pension par trimestre cotisé supplémentaire, soit 10% de plus pour travailler entre 62 et 64 ans. Avec cet amendement soutenu par le gouvernement, elles partiront avec 5% de plus pour effectuer 2 années supplémentaire.

Jusqu'à dimanche minuit

Dénonçant "un recul mais un recul moins injuste", une partie de la gauche sénatoriale a voté pour. Avec cet amendement soutenu par le gouvernement, elles partiront avec 5% de plus pour effectuer 2 années supplémentaires.

L'examen du projet de loi continue de poursuivre alors qu'il reste encore 12 articles à examiner. Les sénateurs devront avoir fini leurs discussions d'ici dimanche à minuit, conformément au temps contraint fixé par le gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO-Retraites: suite du débat au Sénat, poursuite des grèves et doutes sur une majorité à l'Assemblée