Publicité

Réforme des retraites : Le chef de Liot, Bertrand Pancher, prévient Macron

Le président de Liot met en garde Macron avant le vote de l’Assemblée sur les retraites (photo prise le 18 avril)
Le président de Liot met en garde Macron avant le vote de l’Assemblée sur les retraites (photo prise le 18 avril)

POLITIQUE - Savonner le plancher. Le chef des députés Liot (Libertés, indépendants, outre-mer et territoires) Bertrand Pancher s’adresse à Emmanuel Macron ce mardi 9 mai dans une lettre ouverte en forme de mise en garde. Son groupe va effectivement tenter de renverser la réforme des retraites en proposant au vote de l’Assemblée nationale un texte qui permettrait de revenir sur le décalage de l’âge de départ en retraite de 62 à 64 ans.

Une initative saluée par tous les opposants à la réforme et qui a de bonnes chances d’aboutir, en tout cas à l’Assemblée, les élus du Palais Bourbon étant très divisés sur le fond de l’affaire. Dans ce contexte, Bertrand Pancher n’hésite pas à mettre la pression sur l’exécutif pour qu’il n’interfère pas dans les débats au Parlement, en jouant l’obstruction, par exemple.

« Le recours à des manœuvres dilatoires, d’obstruction, ou d’exception alimenterait le feu de la colère et aggraverait la crise démocratique », écrit ainsi le député de la Meuse dans les colonnes de L’Opinion. Et d’ajouter : « Nous vous demandons solennellement — à vous et au gouvernement — de ne pas entraver ce processus démocratique et de laisser enfin les députés voter. »

Une référence au recours au 49.3 au mois de mars et une forme d’avertissement que le député a répété devant la presse ce mardi. Soit un mois avant la discussion à l’Assemblée nationale. « Nous mettons en garde le gouvernement, le président de la République et la majorité relative sur le caractère vraiment ubuesque et ridicule d’une obstruction », a-t-il ainsi martelé.

Le camp présidentiel inquiet

Composé d’élus centristes, corses, d’Outre-mer et de dissidents socialistes, Liot a choisi de mettre une proposition de loi d’abrogation du recul à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite au menu de sa « niche parlementaire » du 8 juin, une journée pendant laquelle il peut dicter l’ordre du jour de la séance publique.

Mais « chat échaudé craint l’eau froide », selon Bertrand Pancher, qui redoute que le camp présidentiel utilise une nouvelle fois toutes les armes à sa disposition pour empêcher qu’un vote ait lieu sur ce texte. Ce qu’il a déjà fait en faisant traîner les débats lors de « niches » des oppositions, sachant que ces journées doivent obligatoirement s’achever à minuit.

Outre l’abrogation des 64 ans, le texte de Liot propose la réunion d’une conférence sociale pour remettre à plat la question du financement du système de retraites. « Notre proposition de loi est très simple, elle doit être normalement examinée rapidement, quelques heures devraient suffire », a souligné Bertrand Pancher, convaincu que le texte peut être adopté à l’Assemblée, grâce notamment aux voix des députés LR hostiles à la réforme.

Dans l’hypothèse d’une adoption au palais Bourbon, il resterait ensuite l’obstacle du Sénat, à majorité de droite, à franchir pour cette proposition de loi. Mais peu importe le choix de la Haute assemblée, « je ne vois pas comment le président de la République peut ne pas faire en sorte de retirer » sa réforme, estime le président du groupe Liot, qui verrait une défaite de l’exécutif à l’Assemblée comme un point de non-retour pour le chef de l’État.

« Ce que nous faisons avec ce texte, c’est que pour la première fois l’Assemblée nationale va se prononcer » sur la réforme des retraites, a aussi plaidé le député Liot Charles de Courson, autre figure Liot de l’opposition à la réforme. « Revenons à ce qu’est une démocratie », clame-t-il encore.

Au sein de la majorité, des députés ne cachent pas leur inquiétude sur l’issue d’un vote. La cheffe du groupe Renaissance, Aurore Bergé, a une nouvelle fois appelé à la mobilisation de ses troupes pour ne pas manquer de voix dans l’hémicycle le 8 juin, sachant que le texte n’aura besoin que d’une majorité simple pour être adopté.

À voir également sur Le HuffPost :

Le drapeau européen obligatoire en mairie ? Le débat va diviser l’Assemblée et même la majorité

Même le 8 mai, Emmanuel Macron rattrapé par la réforme des retraites