Réforme des Retraites : le 49-3 choisi par Macron, des huées à l'Assemblée nationale

© REUTERS

"C'est une honte pour la démocratie ". La déclaration du député communiste Fabien Roussel va sans doute être partagée par de nombreuses voix politiques de l'opposition. Mercredi soir, le chef de l'Etat avait pourtant fait savoir qu'il souhaitait un vote sur cette réforme, plutôt que d'utiliser la procédure de l'article 49.3, souvent comparée à un passage en force. Mais, devant l'incertitude, cela a finalement été l'option choisie.

"La Première ministre a demandé au président de pouvoir engager la responsabilité de son gouvernement sur le texte issu de la commission mixte paritaire" qui a réuni mercredi des députés et des sénateurs, a déclaré à l'AFP la présidence de la République.

Selon un participant à une ultime réunion du camp présidentiel autour d'Emmanuel Macron, "il a été considéré qu'il y avait trop d'incertitudes sur le vote" en raison du risque d'absence de majorité.

"Le président voulait aller au vote mais la Première ministre a considéré qu'en raison des incertitudes, elle devait demander au président de la République d'engager la responsabilité du gouvernement via le 49.3", a ajouté ce participant.

À lire aussi Réforme des retraites : entre 480000 et 1,7 million de manifestants en France

La Marseillaise chantée à l'Assemblée nationale

Dans la journée de mardi, un compromis avait pourtant été scellé entre sept députés et sept sénateurs, après plus de huit heures de débats derrière les portes closes d'une commission mixte paritaire (CMP). Il avait ouvert l...


Lire la suite sur ParisMatch