Publicité

Réchauffement climatique : d'immenses tsunamis pourraient menacer l'Antarctique

Le changement climatique n'affecte pas que la température de l'eau et la fonte des glaciers. Il a une influence sur les courants marins, mais aussi sur les fonds marins. Une nouvelle étude suggère que le réchauffement pourrait occasionner des glissements de terrain tout au fond de l'océan Austral, qui entoure l'Antarctique, ce qui causerait des raz-de-marée massifs et meurtriers pour les formes de vie environnantes.

Ces chercheurs expliquent dans la revue scientifique Nature Communication avoir foré très profondément le fond marin de l'Antarctique pour leurs recherches. Et ils ont découvert qu'au cours des périodes précédentes de réchauffement climatique - il y a 3 et 15 millions d'années - des couches de sédiments lâches se sont formées, et ont fini par glisser, ce qui a envoyé d'énormes tsunamis sur les côtes de l'Amérique du Sud, de la Nouvelle-Zélande et de l'Asie du Sud-Est. La période de réchauffement climatique que nous connaissons pourrait, selon eux, avoir les mêmes conséquences. "Les glissements de terrain sous-marins sont un géorisque majeur avec le potentiel de déclencher des tsunamis qui peuvent entraîner d'énormes pertes de vie", a déclaré Jenny Gales, maître de conférences en hydrographie et en exploration océanique à l'Université de Plymouth, au Royaume-Uni, dans un communiqué.

Les scientifiques ont fait ce constat en retrouvant de multiples créatures marines fossilisées dans le sol, dans les couches de sédiment anciennes et peu solides qui ont glissé et qui ont (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Climat : les volcans endormis pourraient nous aider à réduire les émissions de CO2
Plus de 2 milliards de personnes pourraient souffrir de chaleurs mortelles d'ici 2100
Les couches des bébés pourraient être recyclées en béton solide et bon marché
Réchauffement climatique : des fuites de méthane "époustouflantes" et "hors de contrôle" au Turkménistan
La France doit envisager un réchauffement climatique à +4°C, selon des experts