Publicité

Réchauffement climatique: un complément alimentaire pour limiter les émissions de méthane des vaches

Depuis plusieurs mois, l'éleveur Yoann Lézé a rajouté un élément au foin et à l'herbe de ses vaches. Il s'agit d'un complément alimentaire, du Bovaer, qui contribue à diminuer les émissions de méthanes de ces animaux.

Dans le détail, le produit "supprime" l'enzyme dans la panse des vaches qui contribue à produire du méthane, un puissant gaz à effet de serre, selon l'entreprise qui le produit, dsm-firmenich.

Le méthane à l'origine d'environ 30% du réchauffement de la planète depuis l'ère préindustrielle

"La principale source d’émissions de méthane (CH4) en France métropolitaine est l’élevage, du fait de la fermentation entérique et de la gestion des déjections animales", selon une note d'avril 2021 de l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques, un organe d'expertise pour l'Assemblée nationale et le Sénat.

"En termes d’équivalent CO2, le sous-secteur élevage contribue à 48 % des émissions du secteur agricole, principalement du fait du CH4", explique aussi cette note. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement, "le méthane est à l'origine d'environ 30% du réchauffement de la planète depuis l'ère préindustrielle et il prolifère plus rapidement que jamais depuis que l'on a commencé à tenir des registres dans les années 1980".

"Aucun effet" sur la qualité du lait

Face à ce constat, le groupe Bel, qui produit le Babybel, le Boursin ou encore le Kiri, a accepté de mener des "tests pilotes" pour dsm-firmenich et son complément alimentaire. Yoann Lézé, éleveur en Mayenne et vice-président de l’Association des Producteurs de lait Bel de l’Ouest y a participé.

Le produit "se présente sous une forme de poudre, qu'on mélange au forage, donc notamment à l'herbe et au maïs", décrit-il à BFMTV ce jeudi 23 novembre. L'éleveur de Quelaines-Saint-Gault explique en mettre "l'équivalent d'une cuiller à café pour 90 vaches" et ne constater "aucun effet, ni sur la production des vaches en termes de quantité, ni sur la qualité nutritionnelle et la composition du lait".

Dans un communiqué publié fin octobre, le groupe Bel a déclaré avoir mesuré entre janvier et mars 2023 une réduction des émissions de méthane entérique de l'ordre de 29% à 42% selon les élevages. Ces résultats doivent toutefois être "modérés", selon le groupe, car l'étude a été menée en hiver. Or, l'été, les vaches sont plus souvent aux pâturages, où le Bovaer ne peut pas être distribué. Le groupe Bel a annoncé en mai 2023 déployer ce produit dans ses exploitations slovaques.

Article original publié sur BFMTV.com