Publicité

Réalité virtuelle : des vibrations qui dopent la confiance en soi

Une équipe d’Inria Rennes montre qu’un retour haptique synchronisé avec des interventions vocales a un impact sur une immersion en réalité virtuelle. Un utilisateur peut percevoir différemment aussi bien un locuteur virtuel que lui-même.

Face à deux personnes aux avis divergents, une troisième aura sans doute un petit penchant pour celle qui la fait vibrer. Littéralement. Une équipe d’Inria Rennes a en effet créé une expérience de réalité virtuelle destinée à étudier quel impact pouvait avoir une vibration ressentie par un utilisateur dans son interaction avec des personnages virtuels. Résultat ? Lorsque ce type de retour haptique est synchronisé avec les prises de paroles de l’un des personnages, ce dernier est mieux perçu comparé à l’autre personnage. Mais il y a plus : lorsque ces vibrations accompagnent les interventions de l’utilisateur, il gagne en confiance en lui-même.

Ces résultats seront présentés fin mars 2023 à Shanghai, lors du cycle de conférences de l’IEEE dédiées à la réalité virtuelle et aux interfaces utilisateurs 3D. "Ce travail entre dans le cadre d’un projet européen appelé GuestXR, et dont l’objectif consiste à trouver des techniques favorisant des comportements sociaux positifs dans les mondes virtuels partagés, notamment pendant les réunions virtuelles", explique Anatole Lecuyer, responsable de l’équipe Hybrid (Inria/Irisa) qui travaille sur les problématiques d’interaction et d’incarnation en environnements virtuels.

Comportements problématiques en univers virtuel

Ce projet date d’avant l’effervescence autour de la notion de métavers mais la possibilité que les univers virtuels s’accompagnent de comportements problématiques (agressivité, harcèlement) avait déjà été identifiée. L’équipe d’Inria Rennes a été expressément sollicitée pour proposer une solution à base de retour haptique. Sur une idée de la chercheuse postdoctorale Justine Saint-Aubert, le dispositif envisagé s’inspire d’une technique mise au point à l’université Reichman et consistant à traduire la parole de quelqu’un en vibrations ou sensations tactiles pour des malentendants.

"Quand on parle, l’air vibre et c’est ainsi que le son se transmet, relève Justine Saint-Aubert. Il est donc assez naturel de corréler p[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi