Réactions. Aux Philippines, l’attribution du Nobel de la paix à Maria Ressa ne plaît pas à tout le monde

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Certains défenseurs du président philippin Rodrigo Duterte s’insurgent contre l’attribution du prix Nobel à la journaliste Maria Ressa. Ils dénoncent une manipulation des États-Unis.

L’attribution du prix Nobel de la paix à la journaliste philippine Maria Ressa fait réagir avec une grande virulence un éditorialiste du très conservateur quotidien Manila Times.

Selon l’auteur, Roberto Tiglao, ce prix Nobel est le résultat de la pression exercée par les États-Unis sur les membres du jury décidant du lauréat.

Un prix Nobel décrit comme “une arme de propagande particulière”, à l’approche de l’élection présidentielle prévue pour 2022, pour “stigmatiser le président Duterte et par ricochet la personne qu’il pourrait désigner comme son successeur potentiel.”

À lire aussi: Médias. Maria Ressa, l’icône de la presse aux Philippines, condamnée pour diffamation

Une fausse croisade ?

“Les États-Unis doivent être vraiment désespérés au point de ne pas faire semblant au sujet des motivations des prix Nobel : le premier est dirigé contre l’homme fort Vladimir Poutine, l’autre contre l’homme fort Duterte, auquel les Américains reprochent de s’être rapproché de son adversaire la Chine.”

L’auteur attaque régulièrement le site Rappler et sa fondatrice, Maria Ressa. Entourée d’une équipe de jeunes journalistes, Maria Ressa y offre une couverture extrêmement étayée des exactions commises par la police et

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles