Publicité

Le réacteur anglais JET tire sa révérence avec un record de fusion nucléaire historique

Le réacteur expérimental du Royaume-Uni, JET, conclut son parcours avec un record de fusion : 69 mégajoules de fusion libérés, marquant une nouvelle avancée dans la recherche énergétique. Un pas de plus vers une source d'énergie durable.

Ils l’avaient annoncé, ils l’ont fait. Alors que le réacteur de fusion expérimental du Culham Center for Fusion Energy, situé près d'Oxford au Royaume-Uni, s’apprêtait à entamer ses dernières heures après 40 ans de bons et loyaux services, les chercheurs ont lancé une ultime opération, le 18 décembre 2023. C’est finalement un record à 69 mégajoules libérés sous forme d’énergie de fusion que s’offrent les chercheurs européens du Joint European Torus (JET).

"Un chant du cygne approprié"

Un record établi à l’heure où le plus grand projet international de réacteur thermonucléaire expérimental de fusion nucléaire, Iter, un tokamak (une machine expérimentale conçue pour exploiter l'énergie de la fusion) situé en France dans les Bouches-du-Rhône, commence à perdre en popularité après avoir accumulé cinq années de retard : "la dernière expérience de fusion de JET est un chant du cygne approprié après tous les travaux révolutionnaires réalisés dans le cadre du projet depuis 1983", a déclaré le ministre britannique du Nucléaire et des Réseaux, Andrew Bowie, dans un communiqué de presse.

Des ingénieurs travaillent sur un module en cours d\'assemblage dans le cadre du projet international de fusion nucléaire ITER à Saint-Paul-les-Durance, dans le sud de la France, le 5 janvier 2023. Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Des ingénieurs travaillent sur un module en cours d\'assemblage dans le cadre du projet international de fusion nucléaire ITER à Saint-Paul-les-Durance, dans le sud de la France, le 5 janvier 2023. Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP

Des ingénieurs travaillent sur un module en cours d'assemblage dans le cadre du projet international de fusion nucléaire Iter à Saint-Paul-les-Durance, dans le sud de la France, le 5 janvier 2023. Crédits : Nicolas TUCAT / AFP du chantier en construction de Iter

JET est géré par EUROfusion, un consortium formé par les instituts de recherche sur la fusion des pays de l’Union Européenne et de la Suisse, financé par ceux-ci et soutenu par un vaste réseau de plus de 31 laboratoires européens. Ce dispositif de confinement magnétique expérimental est unique parmi les tokamaks actuels, dont le but est de piéger un nuage de combustible ou de plasma chaud et ionisé en forme de beignet dans une cage de champs magnétiques.

JET est le premier à fonctionner avec le combustible deutérium-tritium. C’est pourquoi il a joué un rôle déterminant dans l'avancement de la recherche sur cette énergie qui constitue[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi