Publicité

Réélection de Vladimir Poutine : Chine, Venezuela, Cuba... qui a félicité le président russe pour sa « solide victoire » ?

Pékin a notamment chaudement félicité le chef du Kremlin, se disant convaincu que les relations entre les deux pays « continueront de progresser » dans les prochaines années.

Vladimir Poutine a été réélu ce dimanche 17 mars pour six années de plus au Kremlin. (photo d’illustration : Le président chinois Xi Jinping serre la main du président russe Vladimir Poutine en juin 2018)
WANG ZHAO / AFP Vladimir Poutine a été réélu ce dimanche 17 mars pour six années de plus au Kremlin. (photo d’illustration : Le président chinois Xi Jinping serre la main du président russe Vladimir Poutine en juin 2018)

INTERNATIONAL - Des soutiens malgré un simulacre d’élection sans opposition. Après un quart de siècle au pouvoir, Vladimir Poutine a été réélu ce dimanche 17 mars pour six années de plus au Kremlin, récoltant 87 % des suffrages, soit un score « record » dans la fédération, selon la commission électorale. Si les responsables occidentaux ont condamné par avance l’élection, à l’instar d’Emmanuel Macron et de Charles Michel, certains dirigeants, peu connus pour leurs élans démocratiques, ont félicité l’autocrate pour cette victoire sans suspense.

Élection présidentielle en Russie : Vladimir Poutine n’est pas le seul candidat en lice, mais c’est tout comme

« J’adresse mes félicitations au peuple frère de Russie et au président Vladimir Poutine pour son extraordinaire victoire », a applaudi ce lundi le président vénézuélien Nicolas Maduros sur son compte X, jugeant le processus électoral « impeccable ». Pourtant, la répression des opposants n’a jamais été aussi forte en Russie que lors de cette campagne, et a culminé avec la mort d’Alexeï Navalny dans une prison de l’Arctique en février.

Les relations entre la Chine et la Russie « progressent »

Pékin a aussi félicité Vladimir Poutine. Le président chinois, Xi Jinping, a déclaré : « Ces dernières années, le peuple russe s’est uni pour surmonter les défis (...) votre réélection prouve le plein soutien des Russes en vous » , selon des propos rapportés par la télévision d’Etat chinoise CCTV.

Lin Jian, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, s’est dit convaincu que « sous la direction stratégique du président Xi Jinping et du président Poutine, les relations entre la Chine et la Russie continueront à progresser » dans les prochaines années.

La Chine et la Russie sont « des partenaires de coopération stratégique globale », a également rappelé le porte-parole, soulignant que cette année marquait le 75e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays.

L’Iran a pour sa part salue « la solide victoire » de Poutine, tandis que les dirigeants du Nicaragua, de Cuba ou encore de Bolivie ont eux aussi adressé un chaleureux message de félicitations au président pour sa réélection. Le Bolivien Luis Arce a salué une « victoire éclatante qui réaffirme l’unité du courageux peuple russe autour de sa souveraineté et de son développement constant ».

Quant à Miguel Diaz-Canel, à la tête de l’île communiste de Cuba depuis 2019, il a estimé sur X que Poutine constituait « un exemple » pour sa gestion de la Russie.

Poutine est un homme « ivre de pouvoir »

Bien évidemment, ce résultat n’a pas été bien accueilli par Volodymyr Zelensky, dont le pays subit une guerre avec la Russie depuis deux ans. Le président ukrainien a estimé que Poutine était un homme « ivre de pouvoir » voulant « régner éternellement ».

Le chef de la diplomatie britannique, David Cameron, a pour sa part déploré l’absence d’élections « libres et équitables » en Russie. Les États-Unis ont, elles, critiqué la tenue du scrutin dans les territoires ukrainiens occupés par Moscou.

La France a, quant à elle, déploré lundi que « les conditions d’une élection libre, pluraliste et démocratique » n’aient pas été « une nouvelle fois » réunies en Russie. Le ministère des Affaires étrangères a en outre salué « le courage des nombreux citoyens russes ayant manifesté pacifiquement leur opposition à cette atteinte à leurs droits politiques fondamentaux ».

Macron décrochera si Poutine l’appelle

Une réaction d’Emmanuel Macron n’est en revanche pas attendue dans la journée. Interrogé par Le Parisien samedi à cet égard, il avait décrété : « La mort d’Alexeï Navalny et l’interdiction de tous ses opposants font que l’on ne peut pas féliciter quelqu’un d’une élection ourlée de la mort de ceux qui se sont battus pour le pluralisme en Russie. »

Le président avait toutefois précisé lors d’une interview télévisée diffusée en Ukraine que si jamais Vladimir Poutine devait l’appeler, il le prendrait au téléphone car « c’est sa responsabilité ».

Se sachant critiqué par les Occidentaux pour cette élection où l’opposition a été condamnée au silence, Vladimir Poutine a eu un mot pour ses détracteurs après l’annonce du résultat : « Peu importe qui veut nous intimider ou à quel point, peu importe qui veut nous écraser ou à quel point, notre volonté ou notre conscience. Personne n’a jamais réussi à faire quelque chose de semblable dans l’histoire. Cela n’a pas fonctionné aujourd’hui et ne fonctionnera pas à l’avenir » , a lancé le chef du Kremlin.

À voir également sur Le HuffPost :

De l’annexion de la Crimée à la guerre en Ukraine, Vladimir Poutine utilise la même propagande mensongère depuis dix ans

Poutine a prononcé le nom de Navalny après sa victoire, un événement rarissime

VIDÉO - Qui est Vladimir Poutine, le président de la Russie ?