Rééditions et nouveautés: Etienne Daho célèbre le double anniversaire d'un album et d'une tournée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Etienne Daho en concert aux Francofolies de La Rochelle en juillet 2015 - Xavier Leoty - AFP
Etienne Daho en concert aux Francofolies de La Rochelle en juillet 2015 - Xavier Leoty - AFP

Un double anniversaire, ça se fête: Etienne Daho se décline en rééditions et nouveautés, l'année des 40 ans de son premier album et des 10 ans de la tournée du "Condamné à mort", avec Jeanne Moreau.

Les célébrations débutent vendredi par une réédition du Condamné à mort (album original enrichi de deux lives inédits, en différents formats CD, DVD et Blu Ray). Sur scène, au milieu de ses propres titres, Daho chantait Sur mon cou..., mise en musique d'un passage d'un long poème de Jean Genet, Le condamné à mort. Un soir, Jeanne Moreau vient le féliciter dans les loges.

"C'est la plus grande actrice française, c'est 'La Notte' d'Antonioni (film-référence de 'La notte, la notte', titre du 2e album de Daho). Jeanne Moreau c'est la tête chercheuse, toujours aux avant-postes pour imposer des nouveaux réalisateurs, initier des projets avec courage", rembobine le chanteur auprès de l'AFP.

Dans l'euphorie post-concert, il lui propose de reprendre en duo l'intégralité de ce texte saupoudré de fulgurances érotico-gay. Elle accepte. Il chante, elle récite. Contre toute attente, c'est un succès public qui les emmène jusqu'à la Cour d'honneur du Palais des papes au festival d'Avignon. La comédienne, qui pose sa tête entre les omoplates de Daho et l'enlace délicatement, au festival des Nuits de Fourvière, reste l'image iconique de cette tournée.

"Toxicité, léger et sexy"

C'est du Daho tout craché: un titre pour danser en filant la métaphore entre pandémie et relation sentimentale toxique (du vécu, évidemment). C'est Virus X, nouveau single qui irrigue un mini-album de versions remixées (CD et édition limitée vinyle de couleur, le 19 novembre).

Tout est parti d'une invitation du duo Italoconnection à chanter sur leur disque. Et on arrive aujourd'hui à ce morceau qui balance entre "toxicité, léger et sexy" comme le dépeint Daho.

Parmi les remixes proposés, il y a ceux de Sage (également collaborateur de Clara Luciani), de la DJ Chloé et de Unloved, groupe californien couvé par Daho, avec "dix minutes folles qui vont donner lieu à un mini-film". Attention, la version de St Vincent n'est pas signée de l'artiste américaine du même nom, c'est un pseudo de Daho, en hommage "à la cathédrale de Saint-Malo et à Jade Vincent (la moitié de Unloved)".

Pour le coup d'après, Daho est en ce moment en train de composer un nouvel album qu'il espère "sortir en 2022".

"Famille choisie"

Le 3 décembre, il y aura un double événement. L'Académie française lui remettra la Grande Médaille de la chanson française. Une sacrée revanche quand il se remémore ce ponte du festival d'Avignon qui, juste avant son entrée en scène pour Le condamné à mort, lui lance perfidement que "les spectateurs ici peuvent être très hostiles". Pour lui faire sentir qu'il venait de la pop et était étranger à ce monde de la culture dite classique... "Je ne l'ai pas revu après", cingle Daho en serrant le poing.

Le même jour sortira également Il ne dira pas (CD et édition limitée vinyle de couleur), un mini-album de versions remixées de titres issus de son premier album Mythomane, paru il y a 40 ans.

Ce premier opus est une affaire de "famille choisie", comme le brosse Daho. C'est au duo Elli et Jacno qu'il annonce en premier dans son appartement rennais qu'il fait de la musique. "Et c'est à Elli (Medeiros) que j'ai fait écouter la première maquette - l'album lui était destiné, mais je ne lui avais pas dit (rires)".

On retrouve aussi parmi les musiciens de l'aventure Frank Darcel, de Marquis de Sade, groupe mythique de Rennes. "Tous des gens que j'aimais, des proches ou en passe de le devenir", résume Daho. Pour la petite histoire, la veste rouge qu'il porte sur la pochette était celle d'Elli, qu'elle lui avait donné. "Je ne l'ai pas quittée, j'ai dormi avec pendant des années (rires)".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles