Publicité

Quotidien accuse le RN de "discréditer et agresser les équipes" de l’émission de Yann Barthès (VIDEO)

Après Cyril Hanouna, l’animateur de Touche pas à mon poste (C8) en mars dernier, c’est son principal concurrent qui avait rendez-vous ce mercredi matin devant les députés. Accusé de ne pas respecter le pluralisme dans son émission Quotidien (TMC), Yann Barthès a été entendu aux côtés de son producteur Laurent Bon par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l’attribution, le contenu et le contrôle des fréquences de la télévision numérique terrestre (TNT).

Le journaliste a ainsi été longuement interrogé sur sa décision de ne pas inviter, dans son émission, des représentants du Rassemblement national. "J'ai juré de dire la vérité, toute la vérité, donc je ne vais pas vous dire que je suis ravi d'être là, mais c'est néanmoins une expérience, donc je la prends comme telle. Nous sommes convoqués à la demande de cinq députés du Front National... du Rassemblement national pardon, et c'est inédit d'être convoqué à deux reprises. Notre co-gérante Elodie Bernard (de leur société de production Bangumi ndlr) est déjà passée devant cette même commission il y a quelques semaines. Parmi les cinq députés RN qui ont demandé à ce que nous repassions aujourd'hui, aucun n'était présent lors de notre premier passage", a-t-il commencé.

Le Rassemblement national accusé d’agression sur des journalistes de Quotidien

Présent aux côtés de Yann Barthès, le producteur Laurent Bon a tenu à rappeler pourquoi les représentants du RN n’étaient pas les bienvenus sur le plateau de l’émission. "Quotidien et les politiques, les rapports n'ont jamais été simples, que ce soit avec le pouvoir ou l'opposition. Même si ces relations sont tendues, la liberté d'informer est respectée par tous, sauf le RN, qui s'acharne depuis des années. Ils interdisent à nos journalistes l'accès à leurs réunions publiques, à leurs meetings, à leurs conférences de presse et à leurs vœu...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi