Publicité

Quimper : une rave party interdite rassemble des milliers de « teufeurs » sur un aérodrome

Des « teufeurs » participant à une rave illégale dans un champ à Redon (Ille-et-Vilaine), le 19 juin 2021. (photo d’illustration)
LOIC VENANCE / AFP Des « teufeurs » participant à une rave illégale dans un champ à Redon (Ille-et-Vilaine), le 19 juin 2021. (photo d’illustration)

BRETAGNE - Un arrêté d’interdiction avait été émis par la préfecture du Finistère. Cela n’a pas empêché plus de 6 000 personnes de se rassembler ce samedi 30 mars pour une rave party sur l’aéroport de Quimper.

Les « teufeurs » ont afflué au petit matin sur la plateforme aéroportuaire de Pluguffan, près de Quimper, dont l’activité commerciale est interrompue depuis novembre.

« À cette heure, le rassemblement sur l’aéroport de Pluguffan est estimé à plus de 6 000 personnes (plus de 2 000 véhicules) », a précisé la préfecture, dans un communiqué diffusé ce samedi à 9h30.

Dans la nuit de vendredi à samedi, « plusieurs véhicules ont été contrôlés dans le secteur de Châteaulin (Finistère) permettant la saisie de 65 m³ de matériel type sound system ainsi que plusieurs véhicules et un groupe électrogène de grande capacité », a-t-elle précisé.

Auprès de l’AFP, le préfet du Finistère Alain Espinasse a également évoqué le cas des « premiers » participants qui « ont forcé l’entrée de l’aéroport, manquant de renverser le véhicule de la gendarmerie ». Il assure aussi que « des gens continuent d’arriver à pied », mais exclu toute opération d’expulsion à ce stade, jugeant l’« exercice assez risqué » pour la « sécurité des personnes ».

« Des renforts mobiles sont attendus »

Mercredi, le préfet du Finistère avait pris un arrêté d’interdiction des rassemblements festifs à caractère musical non déclarés durant le week-end de Pâques, faisant état d’« informations » sur une éventuelle « rave-party ou tecknival » organisées « entre le 29 mars et le 2 avril 2024 ».

« Face à cette rave party non autorisée, les services de l’État sont pleinement mobilisés », indique la préfecture dans son communiqué, ajoutant qu’un équipage des pompiers et une trentaine de gendarmes étaient déployés sur le site. « Des renforts mobiles sont attendus », est-il précisé.

La préfecture du Finistère souligne que la participation à cette rave party « constitue une infraction susceptible de sanctions » et que « les participants seront verbalisés ». « Toute personne qui rejoindrait le rassemblement se placerait en situation d’illégalité », a-t-elle ajouté.

À voir également sur Le HuffPost :

Menaces d’attentats par les ENT : un adolescent de 17 ans suspecté reconnaît les faits et éprouve des « remords »

Disparition d’Émile au Haut-Vernet : où en est l’enquête, huit mois après les faits ?