Publicité

Qui est Malika Sorel-Sutter, numéro 2 de la liste RN qui échangeait des SMS avec Emmanuel Macron ?

L'essayiste a annoncé ce dimanche 24 mars rejoindre la liste RN de Jordan Bardella pour les élections européennes. Mais quel est son parcours ?

Numéro 2 de la liste RN aux européennes, Malika Sorel-Sutter est une nouvelle prise d'envergure du parti d'extrême droite. (Photo ALAIN JOCARD / AFP)
Numéro 2 de la liste RN aux européennes, Malika Sorel-Sutter est une nouvelle prise d'envergure du parti d'extrême droite. (Photo ALAIN JOCARD / AFP)

Après l'ancien de Frontex Fabrice Leggeri, le RN a annoncé la nomination de Malika Sorel-Sutter en tant que numéro 2 de la liste pour les élections européennes, dans une interview de l'essayiste donnée au Figaro ce dimanche.

Active sur les thèmes de l'immigration et de la laïcité

D'origine algérienne, elle s'installe définitivement en France après avoir vécu une quinzaine d'année en Algérie, racontait Le Figaro, qui la qualifiait en 2017 de "pur produit de l'assimilation à la française". Diplômée en ingénierie de l'École polytechnique d'Alger et détentrice d'un MBA obtenu en 1996 à Sciences Po, elle débute sa carrière professionnelle dans le recrutement de cadres spécialisés dans le domaine des hautes technologies, raconte le JDD.

À LIRE AUSSI >> Éric Ciotti, Ian Brossat, élections européennes... Suivez l'actualité politique de ce dimanche en direct

Elle se met ensuite à écrire autour des thèmes de l'immigration et l'intégration, publiant son premier livre "Le Puzzle de l'Intégration" (édition Mille et unes nuits) en 2007, dans lequel elle dénonçait "la culpabilisation des Français pour leur passé colonial", se prononçant à cette occasion contre le droit du sol. Dans son livre "Décomposition française" (éditions Fayard, 2015), qu'elle dédicace à "nos ancêtres les Gaulois", l'essayiste dénonce la "faillite des élites" concernant les enjeux d'intégration, et recevra le prix "Honneur et Patrie" des Membres de la Société de la Légion d’honneur pour cet ouvrage.

Une figure de la droite

Si son arrivée au Rassemblement national fait particulièrement parler, c'est notamment parce que Malika Sorel-Sutter est une figure de la droite. En 2009, Nicolas Sarkozy l'a désignée comme membre du Haut Conseil à l'intégration, où elle reste jusqu'à la dissolution du Conseil en 2012 par François Hollande. Elle fut notamment surnommée "l'icône laïque" de l'ancien Premier ministre François Fillon, et était très présente lors de la campagne présidentielle du candidat de la droite en 2017. "Fillon ne m'a pas choisie pour sacrifier au dogme diversitaire. Il m'a choisie pour mes compétences", disait-elle à l'époque.

"Désormais, j'estime que le Rassemblement national est le seul parti qui défende les intérêts supérieurs de la France et du peuple français"

Mais alors, pourquoi a-t-elle quitté la droite pour rejoindre l'extrême droite ? "Il y a quelques années, j'ai fait le constat de la décomposition française. Aujourd'hui, en soutenant Marine Le Pen, en étant numéro 2 de la liste conduite par Jordan Bardella, je souhaite participer à la recomposition française. J'ai travaillé avec Dominique De Villepin, Nicolas Sarkozy et François Fillon : désormais, j'estime que le Rassemblement national est le seul parti qui défende les intérêts supérieurs de la France et du peuple français", déclare-t-elle notamment au Figaro ce dimanche.

Interrogé ce dimanche dans le Grand Rendez-Vous Cnews/Europe 1, Éric Ciotti, président des Républicains, a qualifié ces propos de "grotesques", "La vie politique n'est pas dénuée d'opportunisme, certains vont dans ce sens, libre à eux (...) Écrire c'est bien agir c'est mieux", a lancé le président des Républicains. Sur Europe 1 ce lundi, elle a précisé que "le Rassemblement national est un parti qui accueille tous les Français de cœur et d'esprit", disant avoir été blessé par les propos du président des Républicains.

Dans un long fil sur X (anciennement Twitter), l'essayiste a donné plus de détails sur sa décision. "Le macronisme a échoué en consacrant le mépris social et intellectuel. Il est temps de réinjecter du sang neuf dans la politique et les médias", écrit-elle notamment.

Un ralliement pas si surprenant

Mais si l'arrivée de Malika Sorel-Sutter au Rassemblement national fait parler, elle n'est pas forcément des plus étonnantes, notent certains experts, au regard des différentes prises de position de l'essayiste. En plus de ses livres aux thématiques très droitières, elle estimait ainsi en 2017 que "Marine Le Pen regarde un certain nombre de réalités en face". Elle avait également accordé plusieurs entretiens à des sites et média d'extrême droite comme "Riposte Laïque" ou encore "Livre Noir".

Des SMS échangés avec Emmanuel Macron

Très critique sur la politique menée par Emmanuel Macron, Malika Sorel-Sutter a pourtant échangé avec le président de la République, et ce encore très récemment. Un article du Canard enchaîné fait même état d'offres de services lors du dernier remaniement. L'intéressée a reconnu des "échanges de SMS" en décembre avec Emmanuel Macron qui aurait, selon elle, "récupéré récupéré quelques éléments de langage pour ses vœux aux Français" du 31 décembre.