Qui est Hadama Traoré, l'homme qui souhaite manifester en faveur du tueur de la préfecture ?

Bien qu'interdite par Christophe Castaner, Hadama Traoré souhaite organiser une manifestation en faveur de Mickaël Harpon, l'assaillant de la tuerie de la préfecture de police à Paris.

Hadama Traoré souhaite organiser jeudi 10 octobre une manifestation en faveur de Mickaël Harpon, l'assaillant de la tuerie de la préfecture de police à Paris. Mais qui est cet homme ?

Une manifestation en faveur de l'assaillant de la tuerie de la préfecture de police à Paris, Mickaël Harpon, était prévue ce jeudi 10 octobre à Gonesse, dans le Val-d'Oise, avant d’être interdite, comme l’a annoncé le Premier ministre Christophe Castaner ce mercredi matin.

Son organisateur, Hadama Traoré, souhaite à travers cette organisation communiquer “différemment” sur Mickaël Harpon qui n’est, selon lui, “pas un terroriste”. Il a déclaré sur Facebook que le tueur de la préfecture n’était “pas un extrémiste religieux, mais un Aulnaysien du 93”.

Qui est Hadama Traoré ?

Hadama Traoré n’a aucun rapport avec le collectif “La vérité pour Adama (Traoré)”, il s’agit uniquement d’un homonyme. Hadama Traoré est un militant associatif à Aulnay-sous-bois âgé de 33 ans. Il est à la tête depuis janvier 2017 d’un collectif de contestation citoyenne intitulé “La revolution est en marche” et se qualifie lui-même comme le porte-voix de la minorité silencieuse et de porte parole des banlieues.

L’habitant de la cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois s’était notamment présenté aux élections européennes en 2019 en tant qu’unique candidat représentant les banlieues. Il était la tête de liste de Démocratie représentative, un mouvement qui lutte contre la stigmatisation des quartiers populaires. Le Franco-malien fan de rap est très actif sur les réseaux sociaux où il dénonce un certain nombre de sujets comme les “impunités policières”, “la corruption dans les attributions d’HLM” ou encore “les racailles en col blanc”. Il avait également passé cinq séjours dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes.

Une manifestation qui suscite l’indignation

Sa volonté d’organiser une manifestation de soutien à Mickaël Harpon a provoqué un tollé notamment auprès de responsables politiques, à commencer par Christophe Castaner qui a interdit le rassemblement de jeudi matin, en évoquant “une infamie” et “une insulte”. Le Premier ministre a également demandé à ce que “les propos odieux” tenus par Hadama Traoré soient dénoncés au procureur de la République.

À travers un communiqué partagé sur Twitter, la sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio, évoque "une manifestation de soutien au meurtrier", organisée par "un militant communautariste qui s'est déjà illustré par les propos les plus infâmes sur les forces de l'ordre".

Des syndicats de policiers, qui demandaient depuis mardi l’interdiction de ce rassemblement, dénoncent même des faits d'apologie du terrorisme.

Malgré l’interdiction, il compte tout de même manifester

Malgré cette interdiction et les nombreux messages des responsables politiques indignés par l’initiative, Hadama Traoré a assuré, via un nouveau message Facebook intitulé “La garde à vue ou la dignité” qu’il manifesterait jeudi 10 octobre, car “en France, il existe la liberté de manifester”.

Ce contenu peut également vous intéresser :