Publicité

Qu'est-ce que le "jet-stream" qui va apporter des pluies intenses et du vent sur le nord de la France?

Une fin de semaine "agitée". Dès ce mercredi 21 février et jusqu'à ce week-end, des températures fraîches, des vents forts et des précipitations abondantes et fréquentes perturberont le nord et l'ouest de la France, constate Météo France dans son dernier bulletin prévisionnel.

Jeudi, les rafales de vent atteindront probablement les 80 km/h dans les terres et les 100 km/h sur le littoral de l’Atlantique et de la Manche.

Les cumuls de pluie pourraient quant à eux bien dépasser d’ici jeudi soir les 50 mm sur certaines parties de la Bretagne, de la Normandie, des Pays-de-la-Loire, mais aussi entre les Ardennes et la Lorraine. "Soit des cumuls significatifs, notamment pour un mois de février", note l'agence météorologique.

La cause de ce temps "instable"? Le "jet-stream", aussi appelé "courant jet" ou "rail de dépressions".

Ce phénomène, qui n'est pas rare, est comparable à un "tube de vent" de 2 à 3 kilomètres d'épaisseur et de plusieurs milliers de kilomètres de long qui fait le tour de l'hémisphère d'ouest en est et vient refroidir l'Europe. Ce couloir de vent puissant est présent à haute altitude, entre 8 et 15 kilomètres.

"Une autoroute pour les perturbations"

Il "fait office d’une autoroute pour les perturbations qui peuvent circuler librement", "comme le wagon d'un train sur un rail" image Météo France. "Jet" évoquant une très grande vitesse en anglais, les perturbations pluvieuses qui se forment au large se dirigent jusqu'à nos frontières via ce couloir.

À l'origine, le jet-stream se forme en raison des forts contrastes de températures créés par l'air froid polaire - qui recouvre notamment le Groenland et le Canada - et l'air chaud près des tropiques.

"Plus le conflit de température entre ces deux masses d'air est important, plus la vitesse des vents dans cette circulation atmosphérique se montre virulente", précise le météorologue Guillaume Séchet sur son site Météo-Paris.com.

Les dépressions atteignent "généralement leur paroxysme" lorsque son cœur "circule près de l'extrémité du courant-jet".

Article original publié sur BFMTV.com