Publicité

Qu'est-ce que le HHC, ce dérivé du cannabis qui gagne en popularité et inquiète les médecins ?

L'Hexanhydrocannabinol est un nouveau produit de synthèse vendu librement dans le commerce, notamment dans les boutiques spécialisées dans la vente de CBD. Ses consommateurs font part d'effets qu'ils comparent à ceux d'une drogue, ce qui inquiète les médecins.

C'est un produit qui gagne en popularité, notamment grâce aux réseaux sociaux, et qui inquiète les médecins. Le HHC, abrégé d'Hexahydrocannabinol, est une molécule de synthèse dérivée du cannabis qui peut être fumée lorsqu'elle est sous forme de fleur, de résine ou ingérée lorsqu'elle est intégrée dans des bonbons.

En vente libre

Elle est vendue librement dans le commerce, car elle n'est pas considérée comme une drogue, mais des consommateurs rapportent des effets importants, comparables à ceux d'autres produits psychoactifs.

Les produits à base de HHC sont principalement vendus dans les bureaux de tabac ou dans les boutiques spécialisées dans les produits à base de CBD (Cannabidiol), une des molécules naturelles du cannabis réputée, entre autres, pour ses effets relaxants. BFMTV s'est rendu dans l'une de ces boutiques où les consommateurs réguliers de CBD, et parfois de THC (Tétrahydrocannabinol, la molécule psychoactive illégale du cannabis), s'arrachent ce nouveau produit.

"Que disent les gens qui fument du THC? Que le lendemain matin, ils ont la tête comme un melon et que c'est difficile pour aller travailler. Le HHC, ce n'est pas du tout le cas. On se lève, on est bien et on est prêt à repartir", partage Michel, gérant de la boutique parisienne CBD High.

"Ça s'appelle une drogue"

Mais pour les spécialistes, les effets divers du HHC sont loins d'être anodins et ne doivent pas être banalisés.

"Le HHC a plus d'effets similaires avec le cannabis que le CBD, que ce soit des effets neuropsychiques, des effets cardiovasculaires. On est dans le même type de produits. (...) Ça a à peu près les mêmes effets qu'un pétard, quatre à six heures pendant lesquelles on est en train de planer, on a des effets de désinhibition, de manque de contrôle, de mauvaise gestion de tout ce qui est automatismes, réflexes, beaucoup plus de crises d'angoisse aussi qu'avec le THC", explique le psychiatre addictologue Dan Véléa, invité de BFMTV ce jeudi.

"Ça s'appelle de la drogue, une substance psychoactive, qui normalement est un générique de substance illicite mais qui, à l'heure actuelle, [fait l'objet d'un] flou total", tranche-t-il.

D'autant que ce produit n'est pas sans danger pour la santé des consommateurs. Il présente de nombreux effets indésirables sur les systèmes neurologique, cardiovasculaire et digestif, surtout si son utilisation est détournée en le fumant.

"Il faut normalement éviter la combustion donc il faut éviter de fumer notamment ces fleurs qui contiennent du HHC et idéalement, il faudrait les vaporiser pour diminuer les risques liés à la combustion, les risques de cancers et les risques cardiovasculaires", détaille le médecin psychiatre spécialiste de l'usage médical des plantes Nicolas Authier, qui officie au CHU de Clermont-Ferrand.

Possibilité de clarification du statut

Dan Véléa pointe aussi le flou sur la question des sanctions possibles: peut-on en faire la promotion légalement? Quelles suites peuvent donner les forces de l'ordre à l'arrestation d'une personne en possession de HHC? Peut-il être détecté et/ou confondu avec du cannabis classique lors d'un test salivaire ou urinaire?

Devant l'attrait suscité par cette nouvelle molécule, les autorités sanitaires travaillent à une clarification de son statut juridique.

"L'une des conclusions pourrait prendre la forme d'un classement comme stupéfiant", écrit la Direction générale de la santé dans un communiqué.

Dans l'Union européenne, la Finlande, l'Estonie et l'Autriche ont interdit la vente de HHC.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Singapour : un homme exécuté pour un kilo de cannabis